Joshua OsihPrésidentielle 2018

Joshua Osih : L’homme des 24 mesures pour 24 millions de rêves

Sur l’échiquier national, il est le candidat de la 2e force politique du Cameroun. Joshua Osih, candidat du Social democratic front (SDF), député à l’Assemblée nationale, a bénéficié du désistement de Ni John Fru Ndi leader du Sdf  et « opposant historique de Paul Biya »  pour se lancer pour la première fois dans la course au Palais d’Etoudi. La cinquantaine entamée, le candidat semble avoir de l’énergie à vendre. Il promet de prendre, une fois la présidentielle gagnée, 24 mesures fortes afin de réaliser les rêves des 24 millions de Camerounais.

Parmi elles, on peut évoquer la mutation de la forme de l’Etat qui deviendrait fédéral, calqué sur les 10 régions actuelles ; la création d’un SMIC à 160 000 FCFA sur 5 ans ; le doublement des salaires des fonctionnaires ; la couverture santé de base de 500 000 FCFA par an et par ménage sur une prime de 1 000 FCFA par personne chaque mois…

Joshua Osih voudrait également instaurer la gratuité des consultations pré et post natales jusqu’à l’âge de 2 ans, réintroduire les bourses scolaires pour les enfants des familles très démunies. Sur un tout autre plan, le candidat estime qu’il est nécessaire d’instaurer l’élection présidentielle à deux tours, de réduire le train de vie de l’Etat en amincissant le gouvernement à 20 portefeuilles ministériels, … La liste n’est pas exhaustive.

Son contrat avec la Nation, comme il le dit, est « bâtir un Cameroun nouveau par la force de la volonté, le devoir d’agir et l’innovation ». Ce qui passerait par la mise en place d’une économie forte, qui sera au service du peuple.

Mais, comment y arriver ? Joshua Osih base son programme économique sur trois principaux piliers : stimuler la croissance ; doter le Cameroun d’une infrastructure et d’un environnement des affaires capables de soutenir une croissance inclusive ; et enfin, engager des réformes budgétaires et fiscales de manière à implémenter des ajustements budgétaires pouvant générer des bénéfices dont l’Etat se servirait pour booster différents secteurs.

Ce sont ces engagements et cette vision  de Joshua Osih que le journal Eco Matin présente à ses lecteurs dans cette édition, dans la continuité de la série ouverte sur le volet économique des programmes des candidats à la présidentielle d’octobre prochain.


Promesses : Stimuler la croissance économique, premier crédo du candidat SDF

Il entend implémenter un nouveau modèle de croissance inclusif et efficace en valorisant l’esprit compétitif des Camerounais, tout en promouvant l’industrie locale, en intensifiant les infrastructures, en boostant l’exploitant et la transformation des richesses naturelles du pays…

Dans son programme, c’est le troisième grand chantier envisagé par Joshua Osih. Le candidat Sdf à la présidentielle du 7 octobre 2018 au Cameroun s’engage : à faire passer le pays vers un nouveau modèle de croissance économique plus inclusif et efficace. Il promet d’instituer une alliance formelle entre l’Etat et le secteur privé à travers un cadre permanent de concertation afin d’assurer une revue consensuelle de la situation économique du pays et de proposer des décisions pertinentes sensées accélérer le développement. Il s’agit aussi d’améliorer le climat des affaires en luttant contre la corruption, les tracasseries et les lourdeurs administratives.

Ce nouveau modèle de croissance prôné par Joshua Osih sera premièrement mis en place grâce à la libération du potentiel entrepreneurial du Cameroun. Ce qui, selon lui, passerait par la mise en place d’une loi d’orientation, protéger le contenu local et l’imposer dès la première année du mandat dans la commande publique, avec à la clé l’instauration d’une Autorité nationale de promotion du contenu local pour renforcer la position des entreprises camerounaises dans les contrats et la consommation. Il s’agira aussi de prendre des mesures afin que l’accès au crédit atteigne 35% du Pib au bout de trois ans. Joshua Osih souhaite également promouvoir les partenariats public-privé (PPP) et les BOT pour la réalisation des infrastructures, et mettre en œuvre une fiscalité de développement pour encourager la production.

Pour également appuyer cette croissance, le candidat à la présidentielle prévoit de valoriser le secteur rural et le remettre au centre du développement. Comme d’autres, Joshua Osih promet d’augmenter à 10% la part allouée à l’agriculture et au développement rural dans le budget de l’Etat. Cela permettra, selon lui, de moderniser ce secteur, le rendre plus performant, et surtout augmenter les revenus des acteurs. De nombreuses mesures sont envisagées comme la mise en place d’une loi d’orientation agricole, la réduction des difficultés d’accès au foncier, le développement d’une banque agricole ou encore l’accompagnement et l’appui aux jeunes agriculteurs.

Infrastructures et cadre des affaires

Pour Joshua Osih, la promotion de l’industrie est primordiale, en impulsant la transformation des produits locaux agricoles, forestiers et miniers. Pour cela, il compte implémenter une politique industrielle dynamique et volontaire, identifier les secteurs porteurs de performance, mettre en place des incitations financières, administratives et fiscales…

Le candidat promet aussi de développer les infrastructures de communications et de télécommunications, en vue de fluidifier la mobilité urbaine. Près d’une centaine d’axes routiers à travers le pays sont identifiées dans son programme comme prioritaires. Le transport ferroviaire et aérien n’est pas en reste.

Il envisage aussi de booster la transformation locale des ressources minières et minérales en veillant à la préservation de l’environnement, tout en assurant une participation camerounaise dans toute exploitation. Il s’agira également de revoir les Codes pétrolier, minier et gazier et faire en sorte que l’exploitation du potentiel démarre véritablement…


Stratégie : Economies de 300 milliards par an sur le budget pour financer des secteurs prioritaires

A travers des réformes et ajustements budgétaires, Joshua Osih entend économiser annuellement cette somme pour accélérer son plan de développement.

Pour réaliser son programme, Joshua Osih propose de nombreuses réformes budgétaires et fiscales parmi lesquelles l’accompagnement fiscal pour tous les contribuables, la pédagogie de l’impôt afin de booster les recettes, la création d’un régime fiscal pour les entreprises en difficultés, le renforcement du civisme fiscal…Il entrevoit aussi la résolution du problème des crédits TVA par la création d’une régie de la TVA, et la mise en place d’un compte séquestre.

Pour réaliser des économies dans le budget, une multitude de mesures est envisagée par le candidat. On a, entre autres ; la suppression du recours excessif aux rétributions non salariales, discriminatoires, inégales et non comptabilisées ; l’assainissement de la gestion des entreprises publiques à risques budgétaires ; la décomposition budgétaire par nature économique qui dégagera des dépenses non essentielles au fonctionnement de l’Etat ; la revue des subventions et transferts aux entreprises publiques et établissements publics administratifs…

L’objectif de toutes ces réformes étant d’aboutir à une économie de près de 300 milliards FCFA chaque année dans le budget de l’Etat, par rapport à ce qui se passe actuellement. Ces importantes économies se feraient grâce, par exemple à la suppression de la fonction de Premier ministre (15 milliards FCFA), la suppression du Sénat (15 milliards FCFA), la suppression des subventions aux entreprises étatiques (55 milliards FCFA), pour ne citer que cela. Il compte également sur des économies supplémentaires faites sur la fluctuation des cours du pétrole et sur les considérations sociales évidentes.

La volonté finale étant de réinvestir ces économies dans des secteurs jugés prioritaires par le candidat. Un plan d’investissement qui comprend plusieurs axes. D’abord l’éducation, où il est prévu d’investir 200 milliards FCFA par an, dès la 2e année du mandat. Ensuite la santé et la sécurité sociale où il envisage d’injecter environ 400 milliards FCFA (10% du budget). Selon ses prévisions, l’assurance maladie universelle de base devrait nécessiter 25 milliards FCFA dès son lancement, pour se situer à 200 milliards FCFA à la fin du septennat.

L’énergie, l’eau, l’agriculture, les transports (routier, aérien, ferroviaire) sont autant de secteurs qui recevront le secours de cette manne. Une politique de développement économique ambitieuse que compte mettre en place le candidat Sdf, Joshua Osih. A condition que le choix des électeurs se porte sur lui au soir du 7 octobre 2018.

Par la rédaction d'EcoMatin

La Rédaction EcoMatin

Mots clés
Afficher plus

Articles Liés

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité. Merci pour votre compréhension!