Banques et Finances
A la Une

La BAD intègre le capital de la Cica-RE en y injectant 6,5 milliards de Fcfa

La signature de la convention d’investissement entre la Compagnie commune de réassurance des États membres de la Conférence interafricaine des marchés d’assurances (CICA-RE), et la Banque africaine de développement (BAD), s’est tenue le 9 juin dernier à Abidjan, en Côte d’Ivoire.

La Compagnie commune de réassurance des États membres de la Conférence interafricaine des marchés d’assurances (CICA-RE), vient d’ouvrir son capital à un nouvel actionnaire. Il s’agit de la Banque africaine de développement  (BAD). En effet, le 9 juin 2022, à Abidjan, en Côte d’Ivoire, a eu lieu la signature de convention d’investissement entre l’institution bancaire représentée par Stefan Nalletamby, directeur du Département du développement du secteur financier du Groupe et le ministre de l’Économie et des Finances de la République de Côte d’ivoire, Adama Coulibaly.

C’est environ 10 millions d’euros, soit 6,56 milliards de Fcfa, qu’a injectée la BAD pour intégrer le capital de la Cica-RE. Une action qui vise dans son ensemble à soutenir le secteur de l’assurance sur le continent. « Cette opération est l’une des interventions stratégiques que la Banque mène pour accroître sa contribution au développement du secteur de la réassurance en Afrique, en épaulant de solides acteurs africains comme la CICA-RE, capables de rivaliser avec les standards internationaux », a déclaré Stefan Nalletamby. Pour le directeur général de la CICA-RE, Karim Diarassouba, qui a paraphé l’accord au nom de la compagnie, « ce partenariat avec la Banque africaine de développement va renforcer la solidité financière de la compagnie, soutenir la croissance des activités du réassureur communautaire, tout en enrichissant son expérience multisectorielle ».

Lire aussi : Assurance : Blaise Abel Ezo’o Engolo, est le nouveau secrétaire général de la CIMA

La convention qui lie désormais les deux acteurs revêt plusieurs avantages : renforcer les capacités de souscription de la Cica-RE ; contribuer au financement de ses opérations de développement et d’expansion en Afrique ; accroître sa contribution au développement des marchés de capitaux domestiques grâce à la rétention d’une part substantielle des primes de réassurance générées localement ; accroitre sa capacité à fournir de l’assistance technique en matière d’assurance et de réassurance, etc.

Pour rappel, la Compagnie commune de réassurance des États membres de la Conférence interafricaine des marchés d’assurances (CICA-RE), est une institution internationale à Gestion Commerciale créée en 1981 par les 12 Etats membres de la zone Franc : Bénin, Burkina Faso, Cameroun, République centrafricaine, Congo, Côte d’Ivoire, Gabon, Mali, Niger, Sénégal, Tchad et Togo.   Actuellement, 64 compagnies d’assurances et de réassurance (32,66%), ainsi que 3 institutions financières de développement (CNPS Côte d’Ivoire, BOAD, FSA (13,25%) figurent dans l’actionnariat de la compagnie  aux cotés Etats fondateurs (avec 54,6%)

 En termes de performances, pour l’année 2020, la Cica-RE affiche un chiffre d’affaires de 87,040 milliards de FCFA, en hausse de 36,43% par rapport à l’exercice précédent. Les affaires réalisées en zone CIMA représentent 53,65% du chiffre d’affaires global 2020 contre 41,46% en 2019. Le total du bilan s’élève à 157,235 milliards de FCFA contre 131,801 milliards de FCFA en 2019, soit une hausse de 25,435 milliards de FCFA en valeur absolue et de 19,30% en valeur relative. Les cessions légales représentent 40,01% (15,60% en 2019) du chiffre d’affaires et enregistrent une importante hausse de de 249,87% particulièrement induite par la cession légale au 1er franc.

Lire aussi : CHAN/CAN : le Gabon convoite la réassurance des stades

Afficher plus

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page