A la UneBanques et Finances

La BAD va financer la troisième phase du Programme d’appui à la compétitivité et la croissance économique à hauteur de 52,74 milliards de FCFA

Cette approbation complète les accords antérieurs relatifs aux phases I et II du PACCE, signés en décembre 2017 et décembre 2018, pour des montants de 118 milliards de FCFA et 98,39 milliards de FCFA respectivement, portant ainsi le montant cumulé des appuis budgétaires programmatiques pluriannuels (2017, 2018 et 2019) du Groupe de la Banque envers le Cameroun à environ 269.2 milliards de FCFA.

L’accord a été paraphé sur instruction du président de la République, à Yaoundé par le ministre de l’Economie, par ailleurs gouverneur du Groupe de la Banque africaine de développement pour le Cameroun, Alamine Ousmane Mey et le Responsable-Pays de la Banque africaine de développement (BAD)au Cameroun, Solomane Kone, en présence du ministre camerounais des Finances, Louis-Paul Motaze.

Cette approbation intervenue mi-décembre 2019 complète les accords antérieurs relatifs aux phases I et II du PACCE, signés en décembre 2017 et décembre 2018, pour des montants de 180 millions d’euros (118 milliards de FCFA) et 150 millions d’euros soit (98,39 milliards de FCFA) respectivement, portant ainsi le montant cumulé des appuis budgétaires programmatiques pluriannuels (2017, 2018 et 2019) du Groupe de la Banque envers le Cameroun à 410,4 millions d’euros (soit environ 269.2 milliards de FCFA).

 Le PACCE III, contribue comme ses tranches I et II, à la reconstitution des réserves de change en zone CEMAC et au soutien de la parité du Franc CFA. Il vise à poursuivre les objectifs d’équilibre extérieur et budgétaire du Cameroun à travers deux composantes principales : la rationalisation du cadre de gestion des finances publiques (GFP) en vue de renforcer la stabilité macroéconomique, créer des marges budgétaires, prioriser les projets d’investissement public et stimuler la croissance ; et le renforcement de la gouvernance et de la compétitivité des secteurs productifs, notamment le transport, l’énergie et l’agriculture.

A travers ce Programme, le Cameroun s’engage à mettre en œuvre les réformes structurelles pour consolider le cadre macro-budgétaire, stimuler la production et les échanges nationaux et régionaux, ainsi que les investissements privés nécessaires à la création d’emplois, notamment pour les jeunes.

Mots clés
Afficher plus

Articles Liés

Bouton retour en haut de la page
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité. Merci pour votre compréhension!