A la UneBanques et Finances

La CBC parmi les nouvelles banques enrôlées pour mobiliser les fonds sur le marché de la Beac

Le communiqué de la direction générale du Trésor du ministère des Finances rendu public récemment a permis de constater que la Commercial Bank of Cameroun figure parmi les 3 nouveaux établissements de crédit de la zone Cemac dont Yaoundé sollicite l’expertise pour davantage lever de fonds sur le marché des titres publics de la Beac.

L’Etat camerounais a recruté 3 nouveaux spécialistes et valeurs du Trésor (SVT) pour assurer avec succès ses différentes opérations de mobilisation des financements sur le marché des titres publics de la Banque des États de l’Afrique centrale (Beac).  En effet, les SVT sont des banques, des entreprises d’investissement ou des sociétés de bourse sélectionnées pour être les intermédiaires privilégiés entre un Etat et les investisseurs. Ils participent régulièrement aux adjudications des titres d’Etat. Ils affichent aussi en permanence des cours acheteurs et vendeurs.

Il faut dire que ces trois nouvelles banques portent à 19 le nombre de SVT du Cameroun, contre 16 depuis 2016. Il s’agit de la filiale tchadienne du groupe Orabank, de la Banque sino-congolaise pour l’Afrique, basée à Brazzaville au Congo, et de la Commercial Bank of Cameroun (CBC). Cet ancien établissement de crédit privé camerounais a été redressé avec succès en 2016 par l’État et la Commission bancaire de l’Afrique centrale (Cobac), après plusieurs années d’administration provisoire décrétée. Car en 2009, la banque créée en 1997 a connu des difficultés en termes de respect des ratios prudentiels et de préservation des fonds propres. Elle était dirigée à l’époque de ces contre performances par le milliardaire Yves Michel Fotso, détenu aujourd’hui évacué au Maroc pour raison de santé alors qu’il était interné à la prison centrale de Kondengui pour détournement de fonds. L’administration provisoire de la CBC d’un capital de 12,5 milliards FCFA a été prorogée six fois

En  rappel,  le Trésor public camerounais, dans son calendrier prévisionnel des opérations de l’État sur le marché des titres de la BEAC, entend lever un montant global de 240 milliards de FCFA sur  ce marché au cours  du 3e trimestre.[author title=”La Rédaction EcoMatin” image=”http://”][/author]

Tags

Related Articles

Back to top button
Close
Close