A la UneConjoncture

La CDC exclue de la liste des exportateurs de banane du Cameroun

Le mastodonte de l’agro-industrie camerounaise paye ainsi le lourd tribut de la crise sécuritaire qui sévit dans la région du Sud-ouest où elle possède de vastes espaces de terre.

La Cameroon Development Corporation (CDC) ne fait donc plus partir du fichier des exportateurs de bananes du Cameroun. Selon les données de l’Association bananière du Cameroun (Assobacam), sur les 17 137 tonnes de bananes exportées en novembre 2018 du Cameroun, elles sont principalement le fait de la société des Plantations du haut Penja, filiale locale de la compagnie fruitière de Marseille, qui a expédié 15 821 tonnes le mois dernier, soit plus de 10 fois plus que Boh Plantations (1 316 tonnes). La (CDC) qui a disparu du fichier des exportateurs de bananes dans le pays subit ainsi le contrecoup des violences perpétrées dans les deux régions anglophones du Cameroun par des sécessionnistes, surtout celle du Sud-ouest où elle possède des vastes plantations. Ces tensions ont poussé cette entreprise à fermer ses sites de production, dont certains sont devenus des camps d’entraînement des séparatistes, selon un rapport du Groupement inter patronal du Cameroun (Gicam). Ces derniers mois, apprend-on de bonnes sources, les sécessionnistes ont multiplié des exactions dans les plantations de la CDC), s’attaquant à l’intégrité physique des employés.

Cette situation a obligé le top management de l’entreprise, qui exploite des milliers d’hectares de bananeraies dans la région du Sud-Ouest, à fermer au moins 12 sites de production sur 29. Dans le même temps, souligne un rapport du Gicam, la principale organisation patronale du pays, 10 autres sites tournent au ralenti, du fait des incursions sporadiques des sécessionnistes. De manière générale apprend-on, la crise anglophone fait chuter les exportations de bananes de 13 394 tonnes, en septembre et octobre 2018. Au cours de cette période, les producteurs de bananes en activité sur le territoire camerounais ont exporté 29 747 tonnes de produits, selon les statistiques de l’Assobacam. Cette cargaison était en baisse de 13 394 tonnes, en comparaison avec les 43 141 tonnes exportées sur la même période en 2017. La proportion de cette baisse était pratiquement équivalente aux quantités exportées au cours de la même période en 2017 par la CDC (14 442 tonnes), qui affichait déjà alors des exportations nulles en septembre et octobre 2017.

En effet, depuis un an, cette entreprise qui revendique le statut de 2ème employeur du Cameroun (avec 22 000 employés), derrière l’administration publique, a vu ses activités plombées à cause des violences orchestrées dans les régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest par des sécessionnistes qui revendiquent la partition du pays.

La Rédaction EcoMatin

Abonnez-vous à notre lettre d'information

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à notre newsletter

Mots clés
Afficher plus

Articles Liés

Close

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité. Merci pour votre compréhension!