A la UneBusinessBusiness et Entreprises

La famille de Fotso Victor à couteaux tirés

Les veuves du défunt milliardaire ont adressé ce 28 mai 2020 une correspondance de dénonciation au gouverneur de la région de l'Ouest, Awa Fonka Augustine.

Décédé le 20 mars 2020, les obsèques de l’homme d’affaires Victor Fotso se préparent activement, mais loin de toute sérénité. Les derniers événements en date font état de vives tensions au sein de la descendance directe du célèbre milliardaire. De profonds désaccords transparaissent dans une correspondance adressée par «les épouses du feu Fotso Victor» au gouverneur de la Région de l’Ouest, Awa Fonka Augustine.

Un véritable brûlot dans lequel les veuves déclarent «être très surprises de voir débarquer à la résidence Fotso Victor, une délégation formée des autorités de Bandjoun (Préfet, Maire, Commissaire, Commandant, la belle-mère….) pour la préparation des obsèques de notre époux». La suite de la lettre permet de mieux cerner le quiproquo familial: «la date du 20 juin 2020 est retenue par une minorité d’enfants soutenus par le Préfet du Nkoung-khi pour cet événement…. ». Les veuves Fotso, expéditrices de la correspondance, parlent clairement des «enfants d’une ou deux épouses…les plus riches et puissants ». 

>>Lire aussi-Victor Fotso est décédé

Il est ainsi reproché à cette «minorité»  le bris de scellés sur les portes de la résidence de l’homme d’affaires décédé et ce n’est pas tout, ils auraient «emporté des objets sans le mandat de la famille». Acte que les plaignantes qualifient «d’infraction à la loi».  «Personne à ce jour parmi la centaine ne peut prétendre agir seul au nom de la famille…….», martèlent-elles. Ces dernières indiquent par ailleurs que «personne sans avoir reçu l’aval d’au moins la moitié de la famille ne peut prétendre organiser les obsèques ».

Tensions fratricides

Cette tension au sein de la famille Fotso réveille d’anciennes querelles qui se faisaient même déjà ressentir du vivant de l’homme d’affaire. Querelles autour du contrôle de son immense fortune. Les protagonistes de la bataille intestine se sont manifestés par des actes larvés de conflit autour du président fondateur du groupe Fotso, dont l’organisation des obsèques fait aujourd’hui des gorges chaudes. Yves Michel Fotso, longtemps pressenti pour conduire l’immense empire industriel et financier du clan Fotso, est finalement tombé en disgrâce dès 2012, lorsqu’à l’issue d’une assemblée générale mixte tenue le 27 mai de cette année, deux entreprises du groupe ont été sorties du conglomérat.

>>Lire aussi-Yves Michel Fotso sous assistance médicale au Maroc

Il s’agit de la Sfa Cameroun (spécialisée dans le montage et la recherche des financements et le rachat de créances publiques), et la Cfh Cameroun (filiale de Capital financial holdings faîtière de la Commercial Bank of Cameroon). La sortie de ces deux entreprises sonnait le glas d’Yves Michel Fotso au sein de l’exécutif du groupe. Joseph Fotso, collatéral de la famille Fotso avait été coopté au sein du conseil d’administration, laissant croire à un jeu de chaise préparé contre la toute-puissance de son frère.

Victor Fotso  a pendant de longues années figuré parmi les plus grosses fortunes du Cameroun. Ses activités s’étendaient dans l’agroalimentaire, le bâtiment,  les services, l’industrie manufacturière et la banque (Pilcam, Unalor, Sopicam, Fermencam, Safca, Sopicam, Cbc, Fishco, Fabassem, Phytocam…). La sortie des épouses du défunt milliardaire constitue un épisode de plus dans le mélodrame que vit la famille Fotso. 

>>Lire aussi-La famille Kadji Defosso vole en éclats

Le plus récent

Tags

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer