Conjoncture
A la Une

La Mairie de Bokito adopte un budget de 1,7 milliard pour 2022

Le budget enregistre une baisse de 60 millions de FCFA en comparaison à l’exercice 2021, représentant ainsi 5,10% des recettes totales.

Equilibré en recettes et en dépenses à la somme 1,7 milliard de FCFA, la  mairie de Bokito, dans le département du Mbam-et-Inoubou région du Centre, a adopté le 14 décembre 2021, son budget de fonctionnement  pour le compte de l’exercice 2022.

Lire aussi : Mairie de Douala : Roger Mbassa Ndine insatisfait de l’exécution du budget 2021

 Le dit budget enregistre  une baisse de 60 millions de FCFA en glissement annuel représentant ainsi 5,10℅ des recettes totales.  Pour Zachée Amatagana, le maire de la commune de Bokito, «seul le  retour au réalisme a amené l’exécutif municipal à réévaluer objectivement les crédits délégués. Au cours de cette session, plusieurs délibérations ont été votées. Notamment celle portant validation du plan d’investissement annuel 2022, celle fixant les indemnités et avantages alloués à l’exécutif communal et enfin celle autorisant le maire à se référer à un cabinet lorsque la commune est assignée en justice », souligne le maire.

Dans le détail d’après la marie, le présent  budget prend en  compte les orientations de la politique budgétaire prescrite dans la circulaire conjointe du 07 octobre 2021 relative à la préparation du budget des CPD pour exercice 2022 avec en substance l’inscription dans le budget des ressources nécessaires à la prise en charge de toutes les dépenses obligatoires notamment : les cotisations sociales du personnel, le traitement des salaires, les impôts taxes à reverser…

Lire aussi : CUD : Mbassa Ndine réduit le budget de près de 13 milliards de FCFA

A l’issue des travaux, le préfet du Mbam et Inoubou, Monono woloa Absalon a formulé des recommandations. Il  souhaite  que le budget repose sur mesures capables d’optimiser les recettes, identification de nouvelles niches, l’élargissement de l’assiette fiscale capable de développer la mise en œuvre d’une politique fiscale basée sur une politique administrative, la sécurisation des recettes , la lutte contre la fraude et la corruption et le suivisme fiscal. « Le budget devrait veiller à la consolidation des acquis en assurant la maintenance de ce qui existe déjà, en outre, le suivi des différents projets que pourrait bénéficier la commune à la satisfaction des populations. L’acquisition et la sécurisation des parcelles de terres communales qui serviront plus tard à la réalisation des projets de développement », indique le patron du département. « Un accent devrait être mis sur la rationalisation et la gestion des ressources humaines par une bonne maîtrise de l’exécutive et assurer par ailleurs le renforcement permanent du personnel et même des conseillers municipaux », renchérit le préfet.

Afficher plus

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page