Politiques Publiques
A la Une

La Nasla dispose de ses organes sociaux

Le président de la République a procédé les 11 et 12 août à la nomination respective du Président du Conseil d’administration de la National school of local administration (Nasla) et des membres dudit conseil.

Le président de la République a signé ce mardi 11 août un décret portant nomination de Mouhtar Ousmane Mey, à la Présidence du Conseil d’administration (PCA), de la « National school of local administration» (Nasla). Mouhtar Ousmane Mey devient ainsi le tout premier PCA de la Nasla qui a vu le jour le 2 mars 2020.

Le mardi 12 août, le chef de l’Etat se prêtera au même exercice en nommant les différents membres du conseil d’administration. Toutes ces personnalités viennent ainsi compléter le staff de la Direction générale mis en place par le chef de l’Etat le 25 mars 2020. Ce jour, il nommait Tanyitiku EnohachuoBayee au poste de Directeur général de cet établissement et Nyanguinda Lidwine,en tant que son adjoint.

Mouhtar Ousmane Mey, se présente alors comme le bon profil pour exécuter cette tâche. C’est un aadministrateur civil principal, sortie de l’Ecole nationale d’administration et de magistrature (Enam). Il aura au cours de son parcours professionnel occupé le poste de Secrétaire général au ministère des Affaires sociales, puis la même fonction au ministère des Arts et de la Culture, son précédent poste.

Lire aussi : Décentralisation : bataille d’influence autour de Joseph Dion Ngute

Mouhtar Ousmane Mey et Tanyitiku EnohachuoBayee auront alors pour missions de poser les bases de le Nasla, cet établissement public à caractère administratif, et professionnel dotée de la personnalité juridique et de l’autonomie financière, crée le 2 mars 2020 par décret présidentiel.  Elle a pour rôles d’assurer la formation des cadres des mairies et des conseils régionaux dans les domaines de l’administration locale conformément aux orientations définies par le gouvernement. A cela s’ajoute l’évaluation avec les collectivités territoriales décentralisées, leurs établissements, syndicats ou regroupements, les besoins en formation dans l’administration locale, puis élaborer des plans de formation subséquente.

lire aussi : Décentralisation : l’indice de développement local aux oubliettes ?

Les formations proposées par la Nasla sont divisées en trois cycles que sont le cycle A qui forme les cadres supérieures de l’administration locale, le cycle B pour former des cadres moyens de l’administration locale et le cycle C destiné à produire des agents spécialisés de l’administration locale.  

Rappelons que la Nasla prend le relais du Centre de formation de pour l’administration municipale (Cefam) et sa direction générale est nommée pour un mandat de trois ans renouvelable deux fois.

Lire aussi : Seulement 1% du budget de l’Etat pour booster la décentralisation

Abonnement sur la page Twitter

Le plus récent

Tags

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer