A la UneFilières

La Semry table sur une production de 45 000 tonnes de riz en 2020

Les assurances sont du directeur général de la Société d’expansion et de modernisation de la riziculture de Yagoua au cours d’une série de concertations entre Luc Magloire Mbarga Atangana et les opérateurs des produits de grande consommation.

Le 13 janvier à Yaoundé, le ministre du Commerce, Luc Magloire Mbarga Atangana a présidé une série de concertations avec les acteurs des filières boissons hygiéniques, riz, poissons, huile de palme, farine de blé et pâtes alimentaires. L’objectif était d’évaluer les performances 2019 et d’établir le calendrier des approvisionnements en 2020. Le Mincommerce a incité les opérateurs à produire plus pour la satisfaction des besoins des consommateurs, et surtout réduire les importations qui fragilisent la balance commerciale.


Lire aussi : Production de riz : la Banque mondiale reconnait l’échec de la Semry


Pour l’année en cours, les acteurs de la filière riz, ont convenu de prendre les mesures adéquates pour éviter d’éventuelles pénuries. En ce qui concerne la production nationale, la Société d’expansion et de modernisation de la riziculture de Yagoua (Semry) table sur une production nationale de 45 000 tonnes de riz blanchi, soit une augmentation de 1 000 tonnes par rapport à l’année 2019.  La société promet également de mettre en place une supplémentaires de 13 500 hectares de plantations.

Pour y parvenir, la Semry compte sensibiliser les riziculteurs afin que le calendrier cultural soit respecté. Il s’agira également de mener un bon entretien des engins de labour et génie-civil qui conditionne la mise en place de la culture de riz. Concernant le riz de Ndop, les responsables envisagent de doubler la production à hauteur de 3 000 tonnes pour rendre le riz local plus accessible.

L’augmentation de la production nationale de riz, un des premiers aliments de consommation de masse, est un véritable enjeu pour le Cameroun. Entre 2015 et 2017, le déficit a poussé le pays à importer cette denrée alimentaire pour 508 milliards de FCFA, selon les données du ministère du Commerce. Cela fait en moyenne 160 milliards de FCFA dépensés par an pour combler la demande de 300 000 tonnes. Des dépenses bien supérieures au 300 millions de FCFA accordés annuellement par l’Etat à la Semry.

Mots clés
Afficher plus

Articles Liés

Bouton retour en haut de la page
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité. Merci pour votre compréhension!