Conjoncture
A la Une

Le Cameroun et les Emirats arabes unis en désaccord sur les chiffres du commerce de  l’or

Le rapport 2021 d’Interpol révèle de grandes disparités dans les déclarations des deux pays sur les quantités d’or vendues aux Emirats arabes unis en 10 ans.

Selon le rapport de l’Organisation internationale de police criminelle (Interpol) de mai 2021, intitulé « l’exploitation aurifère illégale en Afrique centrale », « de 2008 à 2017, on constate d’importantes différences entre la déclaration annuelle du Cameroun sur les exportations vers les Émirats arabes unis et celle des Émirats arabes unis sur les importations depuis le Cameroun ». En effet, le rapport de cette organisation internationale qui permet aux polices de 194 pays membres de travailler ensemble pour lutter contre la criminalité internationale indique que « les chiffres officiels des exportations annuelles vers les Émirats arabes unis déclarés par le Cameroun n’ont jamais dépassé 32 kg ». Or en 2017, pendant que les Émirats arabes unis reconnaissaient avoir importé 10,9 tonnes d’or en provenance du Cameroun, celui-ci ne déclarait que 4 kg d’or exportés vers ce pays du Moyen-Orient.

Lire aussi : 20 kg d’or et 11 charges explosives saisis par la douane camerounaise

A l’analyse des chiffres ainsi déclarés par les deux pays, Interpol suppose que « si l’intégralité de l’or provient du Cameroun, la majeure partie de la production de 2017 a été exportée illégalement vers les Émirats arabes unis ». En revanche, toujours selon Interpol, « si l’on estime que le Cameroun n’a pas produit ces 10,9 tonnes d’or en 2017, cela signifie que l’or des autres pays de la sous-région Afrique centrale est blanchi au Cameroun».

Micmacs

Ces disparités dans statistiques sur la commercialisation de l’or du Cameroun prennent leur source dans les déclarations de productions. En effet, le rapport d’Interpol révèle que « selon l’Initiative de transparence dans les industries extractives (ITIE), en 2017, la production aurifère artisanale officielle du Cameroun (l’or collecté dans le circuit formel, ndlr) était de 701 kg ». La même année, poursuit Interpol, « le Service géologique des États-Unis (USGS), une agence scientifique gouvernementale américaine, estimait la capacité de production aurifère artisanale annuelle du Cameroun à 2 000 kg ». Le rapport ITIE insiste sur le fait que « tout l’or produit provient de l’exploitation artisanale et à petite échelle mais aucune donnée n’est disponible». Ainsi, et compte tenu des informations qui font état de ce que « seulement 5 à 10 % de l’or passe par les circuits formels », Interpol estime la production aurifère totale de 2017 entre 7 et 14 tonnes.

Lire aussi : Contrebande à Ethiopian Airlines : l’Ethiopie négocie la libération de 60 kg d’or auprès du Minfi

En dix ans, entre 2008 à 2018, et selon les chiffres de la Base de données statistiques sur le commerce des marchandises de l’ONU (Base de données Comtrade), Interpol estime que « les importations d’or des Émirats arabes unis en provenance du Cameroun ont augmenté, passant de 0,3 à 11,7 tonnes ». Ce qui fait des Émirats arabes unis le principal importateur d’or en provenance du Cameroun.

Lire aussi : Trafic d’or : un réseau mafieux chinois démantelé

Afficher plus

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page