tractafric tractafric
Non classé

Le Cameroun incontournable dans les échanges commerciaux de la Cemac

Avec comme avantage le fait de partager ses frontières avec ses pays voisins, la fermeture des frontières comme le prévoyait le pays aurait entrainé la naissance d’une crise sous régionale.

Le Cameroun, la Guinée Equatoriale, le Gabon, le Congo, la République centrafricaine et la République démocratique du Congo, ces pays de la Communauté économiques et monétaires de l’Afrique centrale (Cemac), font face depuis peu à la pandémie mondiale du Coronavirus. Pour essayer d’endiguer la propagation du virus, chacun à son niveau a pris les mesures qui lui semblent adéquates tels que la fermeture des frontières avec les Etats voisins, la mise en quarantaine des personnes testées positive au virus et bien d’autres.

Pour le Cameroun, le gouvernement a décidé, depuis mardi 17 mars, la mise en application de 13 mesures dont la fermeture des frontières maritimes, terrestres et aériennes à l’exception des « vols cargos » et des « navires transportant des produits de consommation courantes » et « biens matériels nécessaires ».  Mais cette décision a été revue plus tard et pour cause, le pays est considéré comme la plaque tournante de la sous-région Afrique Centrale.

Le 19 mars, le président Paul Biya a décidé que pendant la période d’application des mesures de restriction prises par le pays, les échanges commerciaux vont se poursuivre avec l’ensemble des Etats de la Cemac, sans préjudice du contrôle sanitaire des conducteurs. Ces derniers devront donc se conformer à des contrôles sanitaires.

Exportation transfrontalière

Avec la fermeture totale des frontières, il se présageait une crise sous régionale, car le Cameroun exporte vers ses voisins pour plusieurs millions de FCFA et des milliers de tonnes de marchandises. Selon la note sur le commerce extérieur du Cameroun de l’année 2018, il ressort que le Tchad importe du Cameroun 166 982 tonnes de marchandises, pour 55 553 millions de FCFA ; la République centrafricaine importe 89 504 tonnes, pour 30 923 millions de FCFA ; le Gabon 34 178 tonnes, qui équivalent à 25 614 millions de FCFA ; la RDC environ 23 000 tonnes pour un montant de 17 582 millions de FCFA et la Guinée équatoriale 8708 tonnes, pour 7 481 millions de FCFA.

Tout en notant que les produits importés concernent des produits vivriers tels que la tomate, les fruits, les arachides, les oignons, la banane plantain et autres importés par le Gabon et la Guinée. Concernant la RDC, en plus des produits vivriers, elle importe aussi des produits manufacturés. Le Tchad et la RCA importent aussi des produits vivriers et manufacturés. Il faut préciser que ces deux pays font entrer leurs différentes marchandises par le port de Douala, parce qu’ils n’ont pas accès la mer. En rappelant que les différents produits importés se font acheminer par voie routière, dans chaque pays.

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page