Politiques Publiques
A la Une

Le Cameroun veut importer 651 000 tonnes de carburants pour approvisionner son marché au 4e trimestre 2022

Le ministre de l’Eau et de l’Energie vient de lancer un avis de consultation internationale relatif à la sélection des traders qui devront approvisionner le pays en produits pétroliers durant les mois d’octobre, novembre et décembre.

La recherche de fournisseurs pour l’approvisionnement local en produits pétroliers est devenue un exercice routinier depuis la destruction de la Sonara, l’unique raffinerie du Cameroun. Gaston Eloundou Essomba, le ministre de l’Eau et de l’Energie, vient à nouveau d’enclencher ce mécanisme. En effet, Le membre du gouvernement a récemment lancé une consultation internationale ouverte pour la sélection des traders en vue de la livraison de 651 000 tonnes métriques de produits pétroliers aux importateurs locaux,  au titre des mois d’octobre, novembre et décembre 2022. Spécifiquement, il s’agit de 140 000 tonnes métriques de super (gasoline), 70 000 tonnes métriques de super (gasoline), 231 000 tonnes métriques de gasoil, 60 000 tonnes métriques de jet A1 et 30 000 tonnes métriques de fuel 3500.   «Le benchmark sera le CIF NWE/Basis ARA pour le super, le gasoil, le jet et le fuel. Le prix final de l’offre sera la moyenne des cotations moyennes (mean) publiées par Platt’s European Marketscan sous la rubrique CIF NWE pour le super, le gasoil, le jetA1 et le fuel, augmentée de la prime», précise le Minee dans son appel d’offres.

Lire aussi : Le Cameroun va importer 500 000 tonnes de produits pétroliers au 4e trimestre 2021

Les importations sollicitées par le gouvernement Camerounais pour le 4e trimestre de l’année en cours, sont en hausse de 151 000 tonnes métriques en glissement annuel. Cette augmentation des besoins en produits pétroliers est certainement la conséquence de la grave pénurie de carburants qu’a connue le pays au courant des  mois de juin et de juillet 2022. Toutefois, la mobilisation de cet important stock ne saurait garantir un approvisionnement pérenne du marché local en carburants. En effet,  Le nouveau mécanisme mis en place par le gouvernement depuis la destruction partielle de la Sonara, consiste à sélectionner par voie d’appel d’offres, des traders qui auront pour une période donnée, la charge de mobiliser leurs produits dans les eaux Camerounaises avec un niveau de prime plus compétitif comme critère de sélection. Néanmoins, le déchargement desdits produits et leur acheminement vers les installations de la Société camerounaise de dépôts pétroliers (SCPD) est conditionné par le paiement en amont de la subvention au carburant qui est une largesse dont le gouvernement s’acquitte régulièrement.

Lire aussi : Produits pétroliers : le Cameroun réduit les taxes douanières à l’import pour absorber la hausse des coûts

D’ailleurs, la pénurie évoquée supra est partiellement subséquente au renflouement de l’enveloppe y dédiée, conséquence directe du renchérissement des prix à l’importation. Pour le seul mois de juin, cette subvention s’élève à 80 milliards de FCFA et pour tout le 1er semestre de l’année en cours, à 317 milliards de FCFA. En raison des tensions de trésorerie, le gouvernement n’a pas pu mobiliser à temps, l’argent requis pour les subventions. D’où la pénurie du mois de juin et de juillet.

Afficher plus

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page