A la UneBusiness

Le Cameroun vise un taux transformation du cacao de 50% en 2020

Neo Industry S.A, l’usine de transformation installée à Kekem dans le Haut-Nkam, officiellement inaugurée par le Premier ministre, Joseph Dion Ngute, est un maillon important pour l’atteinte de cet objectif.

Le Cameroun mise désormais sur la transformation du cacao pour tirer profit de la valeur ajoutée. D’un taux de 13% en 2010, le pays table désormais sur 32% et aspire même dans un an à transformer 50% de sa production. Et, c’est avec optimisme que Joseph Dion Ngute entrevoit l’atteinte de cet objectif. Lui qui inaugurait officiellement, le 26 avril dernier, l’usine de transformation Neo Industry S.A installée à Kekem dans le département du Haut-Nkam, dans la région de l’Ouest. Le Chef du gouvernement fonde son optimisme sur les capacités de production de cette usine. Avec une capacité actuelle de transformation de 32 000 tonnes de cacao par an, la structure qui envisage pour bientôt une extension, avec la construction d’une chocolaterie, envisage atteindre un taux de transformation de 64 000 tonnes de cacao par an. Et   avec cette industrie, la localité de Kekem se positionne comme l’une des villes industrielles du Cameroun.

Neo Industry a bénéficié d’un financement de 13 milliards de FCFA, octroyé par la Société commerciale de banque (SCB Cameroun)

 D’ailleurs les impacts de cette future industrielle commencent à être visibles dans cette localité, avec l’installation des agences banques locales. Toutes comme les activités connexes pour satisfaire les besoins des 1700 emplois directs et 2500 emplois indirects générés par l’implantation de cette structure. Cette nouvelle usine de transformation des fèves, pour la production du beurre et de la poudre de cacao épouse les ambitions des pouvoirs publics et des acteurs de la filière cacao au Cameroun, qui œuvrent pour l’augmentation de la transformation locale. Entièrement équipée par l’Allemand Buhler, qui est présenté comme étant le numéro un mondial dans la fabrication des équipements de l’industrie chocolatière, Neo Industry a bénéficié d’un financement de 13 milliards de FCFA, octroyé par la Société commerciale de banque (SCB Cameroun), filiale locale du groupe bancaire marocain Attijariwafa Bank. Ce crédit bancaire a, à son tour, été garanti à hauteur de 6 milliards de FCFA par l’African Guarantee Fund (AGF), fonds de garantie lancé par le groupe de la Banque africaine de développement (BAD).

 En plus des facilités fiscalo-douanières offertes par l’État camerounais, ce projet a également bénéficié, en juin 2016, d’un financement public direct de 1,2 milliard de FCFA, dans le cadre du projet Agropoles, implémenté par le ministère de l’Économie, de la Planification et de l’Aménagement du territoire (MINEPAT). Cette usine de transformation de cacao de Kekem semble promise à un bel avenir. Car, son promoteur s’est entouré de partenaires solides. En plus de ce que lui-même a une maîtrise du secteur à travers Producam, une société de négoce, premier exportateur national de fèves de cacao (20% du marché national), dont il est le patron.

Abonnez-vous à notre lettre d'information

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à notre newsletter

Afficher plus

Articles Liés

Close

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité. Merci pour votre compréhension!