Business

Le délai des branchements à Eneo passe de 18 jours en 2018 à 4 en 2019

Dans son rapport d’activités à fin avril 2019, le concessionnaire du service public de l’électricité au Cameroun, parle de ses performances en termes de nouveaux branchements, de qualité de service commercial et technique. Puis de quelques investissements majeurs en cours de réalisation.

En fin avril 2019, Eneo Cameroon SA, le concessionnaire du secteur de l’électricité au Cameroun, comptabilise 29 487 nouveaux branchements réalisés au total, soit une augmentation de 27,4 % par rapport à la même période en 2018. Dans le même registre, Eneo dénombre 1 288 000 clients en croissance de 6,6 % par rapport à 2018. L’entreprise confesse également qu’elle a réalisé 89% de branchements dans les délais réglementaires. Soit une hausse de 15,7 % par rapport à la même période en 2018. Elle a également réduit ses délais de branchements. » Ils sont passés de 18 jours en 2018 à 4 jours en 2019. En zone urbaine, de 11 jours en 2018 à 3 jours aujourd’hui ; en zone rurale, de 29 jours en 2018 à 14 jours », se félicite l’électricien. Mais Eneo confesse qu’au plan global, l’on a enregistré une détérioration de la qualité de l’énergie servie aux usagers au cours des derniers mois. Certes, les travaux sur le réseau ont été intensifiés, mais l’entreprise note une augmentation des microcoupures d’énergie (moins d’une heure), avec une moyenne de plus de deux microcoupures chaque jour.

Sur le plan technique, la filiale d’Actis dit avoir réduit le taux de mortalité de 50% et 64% respectivement pour les décès et les blessés par rapport à 2018. En termes de production d’énergies non distribuées, l’entreprise se félicite de l’amélioration due surtout à une réduction des délestages pour insuffisances de carburant dans la centrale thermique de Bertoua. En distribution, on note une hausse sensible du nombre d’incidents en avril due à la pourriture et à la végétation des performances sur les quatre premiers mois, avec une baisse globale de 29% par rapport à 2018.

Cette compagnie de production et de distribution de l’énergie électrique révèle par ailleurs que plus de 150 localités camerounaises n’étaient pas approvisionnées en électricité à fin avril 2019. Cinquante et une de ces localités se trouvent dans la région de l’Ouest du pays. «De manière générale, les délais de reprise se sont rallongés pour les raisons suivantes : les difficultés d’accès dans le Centre, la Sanaga maritime, l’Océan et l’Est ; la situation sécuritaire dans le Sud-Ouest, le Nord-Ouest et le Grand Nord ; les difficultés d’approvisionnement en poteaux bois ; les difficultés de disposer de devises pour payer les fournisseurs à l’étranger », explique Eneo.

La Rédaction EcoMatin

Abonnez-vous à notre lettre d'information

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à notre newsletter

Afficher plus

Articles Liés

Close

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité. Merci pour votre compréhension!