Conjoncture
A la Une

Le FMI se réjouit des performances de la CBC

Sorti de restructuration en 2016, cet établissement de crédit suit à la lettre son contrat de performance avec l’Etat.

Au 31 décembre 2019, la Commercial Bank-Cameroon (CBC) annonçait avoir réalisé un résultat positif de 2,5 milliards de FCFA, soit une hausse d’un milliard comparé à son résultat réalisé en 2017. Une performance satisfaisante qui renvoie aux calendes grecques la mauvaise gouvernance qui avait poussé l’Etat, en 2009, à mettre cet établissement de crédit sous administration provisoire. Dans son rapport sur la 5e revue de l’accord de facilité élargie de crédit, le Fonds monétaire international (FMI) affiche sa satisfaction de la restructuration de la banque «Les autorités ont bien géré la situation de banques en difficulté dans un passé récent, mais le processus pourrait être simplifié afin d’optimiser » précise l’institution de Bretton Woods.

Performance

Sorti de ce redressement en 2016, la banque s’était vue attribuée un cahier de charge dans le cadre d’un contrat de performance signée entre Léandre Djummo, son Directeur Général, et Louis Paul Motaze, ministre des Finances et représentant de l’Etat du Cameroun.  Axé sur une période de 3 ans (2018-2020), l’objectif majeur de ce contrat de performance était d’ « asseoir dans l’établissement, un cadre de gouvernance conforme aux bonnes pratiques, parvenir à une consolidation de l’assise financière de la banque au regard des normes prudentielles en vigueur et préparer l’ouverture du capital de la banque au profit des investisseurs crédibles, conformément à l’engagement de l’Etat-actionnaire majoritaire », précise le préambule du contrat- de performance.

Lire aussi : Classement : le top 5 des banques les plus prêteuses à l’économie camerounaise

Pour y parvenir, les deux parties ont élaboré des hypothèses de performances sur les fonds propres et les résultats pour la période sous-revue. Performances qui, même en hypothèses pessimistes, devraient permettre à la banque de conserver un certain niveau de profitabilité et d’honorer les ratios prudentiels. Ainsi donc, l’Etat (actionnaire majoritaire) avait exigé de cet établissement de crédit des fonds propres nets corrigés de 15,529 milliards FCFA en 2020 contre 12,016 milliards en 2017 ; 12,937 milliards en 2018 et 14,097 milliards en 2019. Le résultat net quant à lui se situerait 1,803 milliard de FCFA en 2018, 2,110 milliards en 2019 et 2,603 milliards en 2020. Avec un résultat net ^positif de 2,5 milliards de F CFA et des fonds propres de 23 milliards de FCFA en 2019, CBC a largement dépassé les objectifs qui lui étaient assignés. Suffisant pour que la Banque envisage une augmentation de son capital de 12 à 16,5 milliards de F CFA. D’après le site internet « Investir au Cameroun », cela devrait se faire soit « par incorporation des réserves, soit une augmentation de près de 4,5 milliards de FCFA ».

Lire aussi : Les banques réduisent de 20% les crédits à l’économie en zone Cemac

Financement de l’économie

La CBC reste l’un des acteurs majeurs en termes de financement de l’économie au Cameroun et en Afrique Centrale. Pour preuve, elle figure au troisième rang des banques en matière de crédits à l’économie en 2019. D’après le rapport sur l’évolution des taux débiteurs pratiqués par les établissements de crédits dans la Cemac la banque elle a octroyé des crédits à hauteur de 481,57 milliards de F CFA, soit 10,47% de l’encours global. Au premier semestre sa part du marché était de 14,44%, contre 6,5% six mois plus tôt. Si depuis sa création, la mission de la CBC était d’accompagner aussi bien les grandes entreprises que les PME/PMI/EMF dans leurs opérations de financement et de placement, l’on peut dire qu’en 2019 elle est restée fidèle à elle-même.

Lire aussi : La CBC parmi les nouvelles banques enrôlées pour mobiliser les fonds sur le marché de la Beac

Abonnement sur la page Twitter

Le plus récent

Tags

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer