Conjoncture
A la Une

Le G20 prolonge à juin 2021 le moratoire sur la dette des pays pauvres

L’annonce a été faite le 14 octobre à l’issue d’une visioconférence entre les ministres des Finances des 20 pays les plus riches au monde et les banques centrales.

Les 20 pays, les plus riches au monde ont décidé le mercredi 14 octobre de prolongé de 6 mois supplémentaires le moratoire sur la dette des pays les plus pauvres durement affectés par la pandémie du Covid-19. Les pays en question viennent de bénéficier d’une marge allant jusqu’au mois de juin 2021. « Nous avons convenu de prolonger l’Initiative de suspension du service de la dette de six mois», déclarait le ministre saoudien des Finances Mohammed Al-Jadaan lors d’une conférence de presse à l’issue d’une réunion des ministres des Finances du G20.

Cette date de juin 2021 pourrait être prolongée jusqu’à fin 2021, lors d’une réunion au printemps prochain du Fonds monétaire international (FMI) et de la Banque mondiale. La réunion du 14 octobre intervenait au lendemain de l’actualisation des prévisions du FMI, qui annonce une récession de 4,4% de l’économie mondiale pour 2020 et averti que les répercussions de la crise dureront plusieurs années.

Lire aussi : Report de la dette publique : le G20 essaye de neutraliser la Chine en Afrique

Selon le journal Français le Figaro le G20 a évoqué l’idée d’une restructuration de la dette des pays les plus pauvres qui irait plus loin que la simple suspension du service de la dette. « Nous reconnaissons que des traitements de la dette au-delà de la suspension du service de la dette peuvent être nécessaires au cas par cas », indiquait le groupe dans son communiqué, ajoutant « avoir convenu en principe d’un cadre commun» pour traiter cette question. Cadre qui sera précisé lors d’une autre réunion extraordinaire du G20 finances avant le sommet du groupe en novembre.

Lire aussi : Service de la dette : comment Moody’s a tiré le Cameroun de l’embarras

Rappelons qu’en avril 2020, le groupement des 20 pays les plus riches au monde s’étaient déjà engagés à suspendre le service de la dette des pays les plus vulnérables à la crise sanitaire jusqu’à la fin de l’année. Une dette qui a à ce jour vu 46 des 73 pays les plus pauvres dont ceux d’Afrique demandés à bénéficier de la suspension du service de la dette. Selon la Banque mondiale, la dette des 73 pays les plus pauvres a augmenté de 9,5% en 2019, pour se chiffrer à 744 milliards de dollars (environ 632 milliards d’euros). Du côté des créanciers gouvernementaux, dont la plupart sont des États du G20, la Banque mondiale indique à ce niveau la dette se chiffre à 178 milliards de dollars (151 milliards d’euros), toujours au cours de cette année.

Lire aussi : L’Italie annule la dette du Cameroun à hauteur de 12 milliards de F pour la période 2020-2021

Abonnement sur la page Twitter

Le plus récent

Tags

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer