Chargement des breaking news...
Afrique

Le Gabon s’engage auprès du FMI à auditer 5 entreprises du secteur pétrolier  

Par ce contrôle, le gouvernement et le Fonds monétaire international(FMI) veulent s’assurer de l’effectivité de la transparence des entreprises du secteur.

Publiée mardi 26 juillet 2022 à 13:53:35Modifiée vendredi 3 mai 2024 à 12:12:37Temps de lecture 2 minPar Marius Zogo

une station-service au Gabon

5 entreprises du secteur pétrolier sont visées par un audit que vient d’engager l’Etat gabonais auprès du Fmi. Il s’agit de Perenco, Total Gabon, Assala, Mauril et Prom, et Vaalco Gabon. C’est ce que révèle le Mémorandum de Libreville sur les politiques économiques et financières(MPEF) joint à la lettre d’intention pour le financement, adressée au FMI en juin dernier.

Lire aussi : Agroalimentaire : Sucaf, filiale du groupe Castel au Gabon enregistre une baisse d’activités au 1er trimestre

Deux raisons principales expliquent l’annonce de l’audit dans ce secteur. Il est question dans un premier temps, d’avoir une traçabilité, une transparence sur les coûts des produits pétroliers en vigueur au Gabon. « On souhaiterait s’assurer que les coûts de production reflètent les dépenses qui sont engagées dans le cadre de la production de pétrole », justifie Agou Gomez Gbedia, représentant résidant du FMI au Gabon. En outre, le contrôle qui sera exécuté par « un Cabinet international spécialiste du cost-oil » va permettre de vérifier si les entreprises sus-citées ont effectivement versé leurs ressources à l’Etat étant entendu que certaines d’entre elles ne respectent pas la compensation de la Taxe à valeur ajoutée (Tva).  L’auditeur dont le recrutement est attendu d’ici fin octobre 2022 aura pour mission d’ « évaluer les conventions entre l’Etat et les entreprises publiques ; établir le niveau de la dette croisée entre le gouvernement, les entreprises publiques et les sociétés pétrolières privées ».  

Lire aussi : Justice : l’ex-ADG de Gabon Oil Company condamné à 12 ans de prison

Selon les perspectives économiques dressées par la Banque africaine de développement(Bad), le solde budgétaire du pays devrait améliorer progressivement pour aboutir à des excédents de 2,3 % du PIB en 2022 et 3,4% en 2023. Ceci grâce à la hausse des prix du pétrole (1er contributeur au budget national du Gabon) et des réformes engagées.

Lire aussi : Dette : Le Gabon a remboursé plus de 137 milliards de Fcfa à ses créanciers au 1er trimestre

Articles similaires

Actuellement en kiosque

Les plus lus

1
2
3
4

Nos réseaux

Magazine
computer

Le meilleur de l’actualité économique africaine en un clic

Enquêtes, informations exclusives, analyses, interviews, reportages... Chaque jour, la rédaction d'EcoMatin met son expertise au service des lecteurs.

Informations fiables, newsletters exclusives : Abonnez-vous pour avoir un accès illimité à l'ensemble de notre offre éditoriale.

Abonnez-vous pour €99.9 par an

Nos offres vous proposent un accès illimité à tous nos articles, y compris les contenus exclusifs et premium.

S'abonner