A la UneBanques et Finances

Le gouverneur de la BEAC veut la tête du DG de la BVMAC

La Banque centrale de l’Afrique centrale a lancé un avis pour le recrutement d’un directeur général de la bourse sous régionale, alors que celui nommé en juillet dernier est toujours sous contrat. En interne, l’on estime que c’est plutôt au conseil d’administration de lancer la procédure.

Le communiqué a été publié sur le site internet de la Banque des Etats de l’Afrique centrale (Beac) le 24 décembre 2019. Il s’agit d’une sollicitation à manifestation d’intérêt pour le recrutement d’un directeur général de la Bourse des Valeurs Mobilières de l’Afrique Centrale (Bvmac). Selon le communiqué, le directeur général que la Beac cherche à recruter devra établir et exécuter des plans pour atteindre les objectifs stratégiques de la bourse sous régionale, notamment efficacité opérationnelle, diversification et croissance vigoureuse. « Sous l’autorité du conseil d’administration, il aura la responsabilité de gérer, superviser et promouvoir les activités de la Bourse au profit de ses membres, de toutes les parties prenantes et du public qui y fait des placements », peut-on encore lire dans le document de la Beac.

S’agissant justement de cette « autorité », ce communiqué crée des remous au sein de la Bvmac. Et pour cause : il est dit que ce n’est pas à la Beac de lancer le recrutement d’un nouveau directeur général à la bourse sous régionale. Approchés par EcoMatin, des collaborateurs de Jean Claude Ngbwa, nommé DG de la Bvmac en juillet dernier, estiment que le gouverneur de la Beac veut inféoder l’institution boursière.

« C’est une démarche qui laisse pantois », lance un collaborateur du directeur général. Jean Claude Ngbwa a été très surpris le jour où il a découvert le communiqué dans le quotidien à capitaux publics Cameroon Tribune. « Le directeur général n’était pas au courant. Même le président du conseil d’administration n’était pas au courant de cette procédure », renchérit notre source.

Et de poursuivre : « c’est une société privée tout de même. La Beac ne peut pas venir faire le gendarme. Elle a été chargée de la fusion, cela est fait depuis juillet dernier. Pourquoi venir encore faire comme si c’est elle qui contrôle une entreprise qui relève du droit Ohada, qui a un conseil d’administration ? », se demande le collaborateur de Jean Claude Ngbwa.

Selon d’autres indiscrétions, la Beac s’est rapprochée des institutions de Bretton Woods, notamment la Banque mondiale pour l’élaboration des termes de références de la candidature. Mais, il lui a été répondu de manière ferme que cela ne rentre pas dans ses prérogatives, la Bvmac étant une société privée avec conseil d’administration. 

Pour le moment donc, c’est l’incertitude puisque l’actuel DG est sous contrat. Il a été nommé par le conseil d’administration que préside Henri Claude Obama, par ailleurs président général de BGFIBank. La question qui se pose désormais est de savoir si la Beac va inféoder ledit conseil que le processus aboutisse de recrutement d’un nouveau DG passe comme lettre à la poste.

En rappel, Jean Claude Ngbwa a été nommé directeur général de la Bvmac en juillet 2019, au lendemain de la fusion de l’ancienne Douala Stock-Exchanges (DSX) et de l’ancienne Bourse des valeurs mobilières de l’Afrique centrale créée à Libreville (Gabon).

Afficher plus

Articles Liés

Bouton retour en haut de la page
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité. Merci pour votre compréhension!