Chargement des breaking news...
Conjoncture

Le Japon accorde une aide de 750 millions de F au Cameroun pour lutter contre l’insécurité alimentaire

Cet accord va à l'endroit des populations les plus vulnérables du pays. Notamment celles des régions Septentrionales du pays, du Sud-ouest et du Nord-ouest.

Publiée mardi 12 juillet 2022 à 11:36:27Modifiée mardi 12 juillet 2022 à 11:36:30Temps de lecture 3 minPar EcoMatin

L'insécurité alimentaire figure parmi les dossiers brûlants à l’échelle mondiale, mais aussi au Cameroun. C’est dans cette lancée que le  juillet 2022, le Japon a décidé d’accorder une nouvelle aide de 750 millions de Fcfa, au Cameroun pour endiguer les effets de croissants de ce phénomène accentué par le conflit russo-ukrainien. « Cette nouvelle aide alimentaire est salutaire dans la mesure où elle constitue une bouffée d’oxygène pour les populations défavorisées et les déplacés internes dans ce contexte actuel de la flambée des prix des denrées alimentaires de premières nécessités causée entre autres par la crise russo-ukrainienne », a salué le Secrétaire Général du ministère des Relations extérieures, Chinmoun Oumarou. 

Lire aussi : Le Japon accorde 1 milliard de Fcfa pour lutter contre l’insécurité alimentaire au Cameroun

Cet appui financier du Japon qui cible des communautés vulnérables dans les régions du pays est le troisième du genre. Il  intervient après celui du 19 octobre 2021, ou l’empire Nippon avec consenti  la somme de 1 milliard de Fcfa toujours pour la lutte contre l’insécurité alimentaire au Cameroun. En effet, cette nouvelle dotation vise à soutenir près de 750 000 personnes vulnérables dans les régions de l’Extrême-nord, du Nord, du Nord-ouest et du Sud-ouest du pays, selon un annuaire du ministère de l’Agriculture et du développement rural (Minader). Il s’agit principalement des enfants âgés de 6 à 59 mois, les enfants scolarisés, les femmes enceintes et allaitantes et les personnes vivant avec le VIH-Sida. Ceci pour les deux prochaines années.

Lire aussi : La FAO et le FEICOM font front commun pour lutter contre l’insécurité alimentaire

Indiquons ici que la zone septentrionale du pays maintient le cap dans le classement des régions les plus touchées par l’insécurité alimentaire. Selon les statistiques, 15,3%  de ménages sont affectés dans la région du Nord et 15,4% dans celle de l’Adamaoua. Pour ce qui est de l’Extrême-nord, 33,7% des familles connaissent la faim.  Par ailleurs, dans les régions du Nord-ouest et du Sud-ouest, la crise sécuritaire provoque des déplacements fréquents des populations, diminuant ainsi les surfaces cultivées et les capacités de production agropastorale.

Si l’on s’en tient à l’avis des Organisations non gouvernementales (ONG) telles que : le FAO (Fonds des Nations Unies pour l’Alimentation), l’Ocha (bureau de coordination de l’action humanitaire des Nations Unies), la forte pluviométrie causant de nombreux dégâts aussi humains que matériels, la  sècheresse et l’infertilité des sols sont les principaux facteurs qui favorisent cette situation d’insécurité alimentaire.

Lire aussi : Le parlement crée un bureau pour lutter contre l’insécurité alimentaire; Nestlé Cameroun comme 1ère cible 

Articles similaires

Actuellement en kiosque

Les plus lus

1
2
3
4

Nos réseaux

Magazine
computer

Le meilleur de l’actualité économique africaine en un clic

Enquêtes, informations exclusives, analyses, interviews, reportages... Chaque jour, la rédaction d'EcoMatin met son expertise au service des lecteurs.

Informations fiables, newsletters exclusives : Abonnez-vous pour avoir un accès illimité à l'ensemble de notre offre éditoriale.

Abonnez-vous pour €99.9 par an

Nos offres vous proposent un accès illimité à tous nos articles, y compris les contenus exclusifs et premium.

S'abonner