Politiques Publiques
A la Une

Le Minfopra poursuit l’élaboration de ses manuels de procédure administrative pour pallier les lenteurs dans le traitement des dossiers administratifs

Ce département ministériel a récemment doté le ministère de l’Economie, de la planification et de l’aménagement du territoire d’un de ces guides de bonne pratique.

Le ministre de la Fonction publique et de la Réforme administrative, Joseph Le, a procédé le 10 août 2022, à la remise du manuel de procédure administrative, à son homologue chargé de l’Economie, de la Planification et de l’Aménagement du territoire, Alamine Ousmane Mey. Ce document qui a été remis au cours d’une audience accordée au premier par son homologue, permettra de résoudre le problème de lenteur dans les procédures administratives. Un problème fort, dans l’administration camerounaise, lorsqu’on sait par exemple qu’il a été, et reste à l’origine de nombreuses crises, notamment celle des enseignants.

Lire aussi : Selon le Minfopra, les usagers font des économies de 900 millions de F grâce à la décentralisation des services

De manière globale, ce manuel de procédure administrative est un outil qui permet d’accroître les performances de services en termes d’efficacité et de qualité du service rendu aux usagers entre autres. Il trace la voix à suivre pour aboutir à un traitement rapide et fiable des dossiers. Il décrit par exemple l’acte qui est sollicité, l’initiateur de la procédure, les pièces à fournir,  ou encore les délais de traitement dudit dossier. Par ailleurs, ce document peut intervenir dans la résolution d’un conflit entre l’administration et un particulier. Ceci dans la mesure où, l’une ou l’autre partie pourrait s’appuyer sur ce manuel pour dénoncer un abus, le non-respect de la procédure ou un préjudice.

Lire aussi : En réponse aux préoccupations des enseignants, le Minfopra annonce avoir traité en urgence plus de 13 000 dossiers en 3 mois

Paradoxe

Le ministère de la Fonction publique et de la Réforme administrative, qui est à l’initiative de cette mesure, est  souvent accusé lui-même de lenteur dans le traitement des dossiers, conduisant parfois à des mouvements populaires. Le cas le plus récent est celui des enseignants. En effet, la somme de 152 milliards de FCFA  qui est réclamée par le Bureau exécutif national du Collectif des enseignants indignés du Cameroun (Ben-CEIC), représente en réalité 158 000 dossiers en instance. Les enseignants qui ont été à l’origine de plusieurs mouvements de grève au cours de l’année 2022  militent pour le traitement rapide de leurs dossiers. Ils regrettent davantage le fait que, des années après leurs diplomations, ils ne parviennent toujours pas à percevoir leurs salaires. Certains se retrouvent à près de 10 années sans percevoir quoi que ce soit. Dans ce cadre, ils regrettent principalement la lenteur dans le traitement de leurs dossiers, dont le minfopra détient entre autres la charge. En réponse à ces revendications,  ce département ministériel a même lancé le 3 mars 2022, une initiative à résultat rapide qui lui a permis de traiter plus de 13000 dossiers en 3 mois, disposant pourtant de ce manuel.

Lire aussi : Fonction publique : les enseignants sacrifiés au nom de la soutenabilité de la masse salariale

Afficher plus

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page