A la UneBusiness

Le nombre d’abonnés d’Eneo augmente de 27,4% par rapport à 2018

Du décompte fait par le concessionnaire du service public de l’électricité, le nombre de nouveaux branchements est de 29 487 à fin avril 2019.

Le taux d’accès à l’électricité s’améliore donc de jour en jour au Cameroun. Selon les statistiques contenues dans le rapport d’activité du concessionnaire du service public de l’électricité, Eneo Cameroun, 29 487 nouveaux branchements ont été réalisés à fin avril 2019, soit une augmentation de 27,4% par rapport à 2018. Ce qui a fait passer le nombre de clients actifs à 1 204 912, en croissance de 6,6% par rapport à l’an dernier, pendant que 7 961 autres clients sont en instance de branchement. S’agissant des délais du règlement de service, l’on informe que 89% de branchements ont été réalisés dans les délais, soit une hausse de 15.7% par rapport à 2018.  Globalement, souligne Eneo Cameroun, la durée moyenne de réalisation des branchements est passée de 18 jours en 2018 à 4 jours en 2019. Soit de 11 jours en 2018 à 3 jours aujourd’hui en zone urbaine, et de 29 jours en 2018 à 14 jours en zone rurale.


>> Lire aussi – Electrification rurale : 79% de Camerounais dans cette zone rurale n’ont pas accès à l’électricité


En revanche, la qualité de service s’est dégradée, reconnait Eneo Cameroun. Globalement, peut-on lire dans son rapport d’activité « on a enregistré une détérioration de la qualité de l’énergie servie aux usagers au cours des derniers mois. Certes, les travaux sur le réseau ont été intensifiés, mais on note une augmentation des microcoupures (moins d’une heure), avec une moyenne de plus de deux chaque jour ». Dans le top 10 des localités avec le plus d’incidents en termes de fréquence et de durée, représentant près de 30% de toutes les énergies non distribuées enregistrées, figurent les villes de Tiko, Bafia, Sangmélima, Batouri, Abong-Mbang, Obala, Emana, Minta, Ngou, Akonolinga, Ebolowa.


>> Lire aussi – Electricité: le personnel d’Eneo interpellé sur la qualité de service


A fin avril 2019, plus de 150 localités ont non alimentées, hors Douala et Yaoundé, précise-t-on. De manière générale, indique Eneo, les délais de reprise se sont rallongés, notamment pour les difficultés d’accès dans le Centre, la Sanaga Océan et l’Est ; la situation sécuritaire dans le Sud-Ouest et Nord-Ouest et le Grand Nord ; les difficultés d’approvisionnement en poteaux bois et celles de disposer de devises pour payer les fournisseurs à l’étranger.

La Rédaction EcoMatin

Abonnez-vous à notre lettre d'information

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à notre newsletter

Afficher plus

Articles Liés

Close

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité. Merci pour votre compréhension!