Banques et FinanceBanques et Finances

Le résultat net du Crédit foncier du Cameroun augmente de 21% en 2018

Pour se situer à -2,5 milliards de FCFA en 2018, contre -11,8 milliards. Comme autres indicateurs de performances de cet établissement financier sur la même année l’on enregistre des capitaux propres de -7,2 milliards en 2018 en baisse de 23,58% ; des dettes financières de 264,7 milliards, un chiffre d’affaires 9,5 milliards entre autres.

Le ministère des Finances à travers sa Commission technique de réhabilitation des entreprises du secteur public et parapublic (CTR), vient de rendre sa copie sur la situation des entreprises camerounaises dans son Rapport sur la situation des entreprises publiques et des établissements publics pour le compte de l’année 2019.  Pour l’entreprise du secteur financier, Crédit foncier du Cameroun (CFC), bien que ce document ne soit pas en possession des données de l’année en question, l’on note quand même de façon provisoire que :  « CFC laissent apparaître une activité importante de financement de l’Habitat à travers l’accord de plus de 450 prêts pour un montant de FCFA 21,7 milliards destinés au financement de plus 1 223 logements et de 54 lots à bâtir pour un taux provisoire de réalisation des objectifs de la période de 105%. Les déblocages effectifs seraient de FCFA 14,68 milliards et les remboursements des clients s’élèveraient à FCFA 11,29 milliards. Par ailleurs, il a procédé à un recouvrement d’un montant de FCFA 3,71 milliards pour un total estimé à FCFA 15 milliards. », indique le rapport.

Lire aussi :  Réforme : le Crédit foncier du Cameroun dans le viseur de la Banque mondiale

En tant qu’établissement financier, selon les données mises à notre disposition dont celles  de 2017 et 2018 l’on note « un léger accroissement du patrimoine avec une augmentation de 1,67% des actifs immobilisés et une dégradation des autres indicateurs de performance, notamment la baisse des capitaux propres de 23,58 % et du Produit Net Bancaire de 3,16%, en raison de la baisse du niveau de bonification au titre de l’exercice 2018 », lit-on dans le document. Comme critères de performances du CFC l’on note alors des capitaux propres de -7,2 milliards en 2018 contre -5,9 milliards en 2017 en baisse de 23,58% ; des dettes financières de 264,7 milliards contre 258,5 milliards l’année d’avant ; des dettes sur la clientèle 173,6 milliards contre 138,4 milliards ; des dettes fiscales de 1,2 milliard contre 1,1 milliard en 2017 ; des dettes fournisseurs de 864,9 millions contre 1,040 milliard ; des dettes sociales de 289,6 millions contre 3323,6 millions enfin d’autres dettes de 59,8 milliards contre 63,6 milliards.

A cela l’on note aussi un chiffre d’affaires 9,5 milliards de Fcfa en 2018 contre 10,080 milliards en 2017; un résultat net de -2,5 milliards en 2018 contre -11,8 milliards en 2017 en hausse de 21%; des créances sur l’Etat de l’ordre de 1,143 milliard en 2018, contre 1,8 milliard l’année d’avant. À cela s’ajoute entre autres un ratios règlementaire de -72,29% en 2018 contre -59,01% en 2017, un ratios de couverture de risque 217% en 2018 contre 220% l’année d’avant.

Lire aussi : Emprunt obligataire : Alios finance Cameroun rembourse 527 millions de FCFA

Comme perspectives pour cette banque considérée comme « banque de l’habitat », la CTR propose que dans le cadre du son plan stratégique de développement 2020-2024, qu’elle prenne en compte de « recapitaliser l’entreprise pour permettre d’absorber le déficit et de renforcer les capitaux propres ; réviser le modèle économique du CFC pour lui permettre, tout comme pour les autres institutions similaires des pays africains, d’accroître ses ressources et d’élargir son périmètre d’activité pour financer en masse les logements et satisfaire une part significative des besoins », peut-on lire.

Rappelons que le Crédit foncier du Cameroun a été créé le 13 mai 1977. C’est une entreprise au capital social de 10 milliards de Fcfa, dont l’actionnariat est constitué à 75% de l’Etat, 20% de la Caisse national de prévoyance sociale, de 5% de la Campost. Il a alors pour mission d’apporter son concours financier et son expertise à la réalisation de tout projet immobilier, notamment par la promotion des logements sociaux à travers des prêts immobiliers à taux bonifiés. A cet effet, indiquons que le CFC a mis à disposition de l’économie camerounaise plus de 420 milliards qui ont servi au financement de près de 85 000 logements et l’acquisition de 16 342 parcelles constructibles.

Lire aussi : Bange Cameroun S.A devient officiellement la 16e banque au Cameroun

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page