Chargement des breaking news...
Afrique

Le Tchad lance le processus d’entrée dans le capital du fonds Africa50, pour accélérer le développement de ses infrastructures

Le ministre des Finances, du Budget et des Comptes publics de ce pays de la Cemac, Tahir Hamid Nguilin, a signé les documents engageant le Tchad à prendre les mesures nécessaires pour intégrer le capital de ce véhicule d’investissements le 17 octobre 2023 à Marrakech. C’était en marge des assemblées annuelles du groupe de la Banque mondiale et du Fonds monétaire international (FMI), qui ont lieu dans cette ville marocaine.

Publiée mercredi 18 octobre 2023 à 11:20:02Modifiée vendredi 3 mai 2024 à 12:12:27Temps de lecture 4 minPar EcoMatin

Le ministre des Finances, du Budget et des Comptes publics de ce pays de la Cemac, Tahir Hamid Nguilin
Le ministre des Finances, du Budget et des Comptes publics de ce pays de la Cemac, Tahir Hamid Nguilin

La République du Tchad entend, dans les prochains mois, intégrer le capital du fonds d’investissements Africa50, lancé en 2014 par la Banque africaine de développement (BAD) pour accélérer le développement des infrastructures sur le continent africain. Les documents matérialisant l’engagement de ce pays à devenir le 34ème actionnaire de ce véhicule d’investissements, aux côtés de 30 autres Etats africains, la BAD, la Banque des États de l’Afrique de l’Ouest (Bceao) et Bank Al-Maghrib, ont été signés le 17 octobre 2023 à Marrakech, au Maroc, en marge des assemblées annuelles de la Banque mondiale et du FMI.

Lire aussi : Tchad : ZIZ Energie obtient 984 millions de Fcfa de Proparco pour renforcer l’accès à l’électricité

Selon un communiqué officiel parvenu à la rédaction d’Ecomatin, l’engagement de la République du Tchad a été pris par le ministre des Finances, du Budget et des Comptes publics, Tahir Hamid Nguilin, devant Alain Ebobissé, le financier camerounais qui dirige Africa50. « Nous sommes heureux d’élargir notre empreinte panafricaine en accueillant la République du Tchad dans l’actionnariat d’Africa50, notre objectif étant de couvrir tous les pays du continent. Nous nous réjouissons de pouvoir contribuer prochainement au programme de développement d'infrastructures prioritaires du pays », a commenté le DG d’Africa50. « L'infrastructure est le pilier de toute économie et, de ce fait, nous souhaitons tirer pleinement parti de l'expertise d'Africa50 en matière de développement et de financement de projets, pour faire avancer le programme de construction des infrastructures de notre pays », a indiqué pour sa part le ministre des Finances, du Budget et des Comptes publics du Tchad.

Lire aussi : Afrique : le groupe MTN et Africa50 s’associent pour mettre sur pied un réseau de fibre optique

En clair, le Tchad compte s’appuyer non seulement sur les capacités financières d’Africa50, mais aussi sur l’expérience et l’expertise de ce fonds d’investissements, pour se doter d’infrastructures permettant le développement du pays. A ce jour, indique le fonds panafricain, Africa50 revendique des investissements d’un montant de plus de 6,6 milliards de dollars US, soit plus de 4 100 milliards FCfa, dans 22 projets d’infrastructures sur le continent. Son portefeuille diversifié intègre des projets dans les transports, la logistique, les soins de santé, la fintech, l’éducation et surtout l’énergie (électricité et gaz). Dans ce dernier secteur, les investissements de ce véhicule de la BAD ont déjà permis à 17 millions de personnes sur le continent d’accéder à l’électricité « propre et fiable », informe Africa50.

En Afrique centrale, par exemple, avec 15% du capital de l’entreprise de projet Nachtigal Hydro Power Company (NHPC), Africa50 participe aux côtés de l’État du Cameroun (15%), Electricité de France (40%), la SFI (20%) et Stoa Infra &Energy (10%), à la construction du barrage hydroélectrique de Nachtigal, au Cameroun. Dès septembre 2024, selon les prévisions du gouvernement camerounais, cette infrastructure débitera 420 mégawatts d’énergie électrique dans le réseau électrique local, permettant ainsi au pays d’augmenter ses capacités de production actuelles de 30%.

Lire aussi : US Eximbank et Africa50 s’associent pour booster le financement des infrastructures en Afrique 

Le Tchad pourrait saisir, à son tour, les opportunités qu’offre Africa50, pour augmenter ses capacités de production de l’électricité, actuellement estimées à moins de 200 MW, dont environ 60% sont concentrés à Ndjamena, la capitale, révèle le plan d’urgence d’accès à l’électricité 2021-2023 du gouvernement tchadien. A cause de ces capacités de production insignifiantes par rapport aux besoins de la population, le Tchad est aussi, révèle le document, « parmi les pays ayant les taux d’accès à l’électricité les plus faibles dans le monde (6,4% au niveau national) ».

Articles similaires

Actuellement en kiosque

Les plus lus

1
2
3
4

Nos réseaux

Magazine
computer

Le meilleur de l’actualité économique africaine en un clic

Enquêtes, informations exclusives, analyses, interviews, reportages... Chaque jour, la rédaction d'EcoMatin met son expertise au service des lecteurs.

Informations fiables, newsletters exclusives : Abonnez-vous pour avoir un accès illimité à l'ensemble de notre offre éditoriale.

Abonnez-vous pour par an

Nos offres vous proposent un accès illimité à tous nos articles, y compris les contenus exclusifs et premium.

S'abonner