Chargement des breaking news...
Business et Entreprises

Le Terminal mixte fruitier du Port de Douala rénové à hauteur de  4,7 milliards de FCFA

La nouvelle infrastructure modernisée sous financement de l'Union Européenne a été inaugurée le 17 mai 2022 par Paul Tasong, ministre Délégué auprès du ministre de l'Economie, de la planification et de l'aménagement du territoire (Minepat), représentant d'Alamine Ousmane Mey, le Ministre principal, Ordonnateur national du Fonds Européen de Développement.

Publiée jeudi 19 mai 2022 à 14:54:53Modifiée mardi 24 mai 2022 à 10:41:43Temps de lecture 4 minPar Georges Semey

Le Terminal mixte fruitier (TMF) du Port de Douala-Bonaberi affiche un nouveau visage. D’importants travaux ont été effectués sur cette infrastructure dédiée aux importations et aux exportations de fruits et agrumes (principalement la banane). Ces derniers s’inscrivent dans le cadre d’un projet entre l'État du Cameroun et l'Union Européenne, baptisé: «Mesures d'accompagnement à la banane (MAB)», d’un coût global de 72 milliards de F. Une partie du financement, soit 31 milliards de FCFA «a été débloquée par le Cameroun», apprendra-t-on de Paul Tasong, le ministre Délégué auprès du ministre de l'Economie, de la planification et de l'aménagement du territoire (Minepat), représentant de l'Ordonnateur national du FED (Fonds Européen de Développement), Alamine Ousmane Mey. 

Lire aussi : La Communauté urbaine de Douala s’associe au PAD pour relancer le projet Sawa Beach (550 milliards)

L'un des segments de ce projet lancé en 2013, concernait la modernisation du TMF du Port de Douala. D'après l'Union Européenne, qui a financé ce projet à hauteur de 4,7 milliards de FCFA, l'investissement permettra au terminal mixte fruitier de se conformer aux normes et exigences internationales, en matière de manutention, d'améliorer les coûts et conditions de transport et d'exportation des bananes camerounaises. L'infrastructure a subi de profondes transformations, notamment au niveau des entrepôts, bureaux, magasins. Elle a également bénéficié d'un nouveau matériel. «Ce projet est une composante importante du soutien apporté par l'Union Européenne au secteur de la banane au Cameroun depuis plus de 20 ans. Ce soutien avait été justifié par l'importance du secteur de la banane dans l'économie camerounaise et pour ses exportations», a indiqué S.E Philippe Van Damme, l'Ambassadeur de l'Union Européenne au Cameroun. 

Lire aussi : Construction d’un nouveau terminal : les détails de l’accord entre KTH et le PAD

Le TMF rénové dispose au terme des travaux de modernisation, d’un bâtiment spécial équipé aux normes internationales, un parc de stockage et de branchement d'une capacité de 300 conteneurs, un centre de stockage des containers vides, 3 transformateurs d'une capacité de 1250 KVA, 5 groupes électrogènes de 720 KVA, 2 reachstackers, un poste moyen tension de 1250 KVA, 30 chariots etc....À la grande satisfaction de Franklin Ngoni Ikome Njie, le Directeur général de la CDC, Président de l'Assobacam (Association bananière du Cameroun). «Notre stratégie nationale en faveur de la filière banane vient de connaître un tournant décisif à travers la mise en œuvre aboutie d'une composante du projet MAB entre le Cameroun et l'Union Européenne. Les producteurs de banane de notre pays pourront désormais bénéficier des avantages qu'offre le Terminal mixte fruitier», a ajouté Paul Tasong, qui était aux cotés de Louis Paul Motaze, le Ministre des finances, de Gabriel Mbairobe, le Ministre de l'agriculture et du développement rural (Minader), et de Joseph Owona Kono, le Secrétaire général de l'Assobacam. 

Lire aussi : Port de Douala : 40 milliards pour l’extension de la Régie du terminal à conteneurs

Rappelons qu'en 2021, le Cameroun a exporté 198.634 tonnes de banane. Une production en hausse de 5,41%, soit 10.750 tonnes, par rapport à celle de 2020 (187.884 tonnes). La banane s'est placée, dans la même période, au rang de 3ème produit d'exportation. Le marché de la banane est dominé par trois acteurs principaux: La Cameroon development corporation (CDC), les Plantations du Haut-Penja (PHP), et la Boh Plantations limited. «Les investissements engagés produisent des effets remarquables. Le coût de revient de la manutention, par palette de bananes, a considérablement été réduit. La durée de chargement a diminué de 2/3.La chaîne du froid, de la station d'emballage jusqu'au navire, est renforcée et garantit désormais une meilleure qualité du produit. Et puis, les délais fixés par les transports maritimes sont davantage respectés, et aucune marchandise n'est laissée au Port», fait observer Philippe Van Damme. À titre de rappel, la filière banane emploie 15.421 employés directs, et de milliers indirects. Entre 1999 et 2022, les appuis cumulés de l'Union Européenne en soutien à cette filière, s'élèvent à environ 65 milliards de FCFA.

Lire aussi : Port de Douala : un 4e scanner pour réduire le temps de passage des marchandises

Articles similaires

Actuellement en kiosque

Les plus lus

1
2
3
4

Nos réseaux

Magazine
computer

Le meilleur de l’actualité économique africaine en un clic

Enquêtes, informations exclusives, analyses, interviews, reportages... Chaque jour, la rédaction d'EcoMatin met son expertise au service des lecteurs.

Informations fiables, newsletters exclusives : Abonnez-vous pour avoir un accès illimité à l'ensemble de notre offre éditoriale.

Abonnez-vous pour par an

Nos offres vous proposent un accès illimité à tous nos articles, y compris les contenus exclusifs et premium.

S'abonner