A la UneConjoncture

Les exploitants forestiers demandent une baisse des taxes d’abattage

C’est l’une des doléances portée par le groupement de la filière bois du Cameroun en direction des pouvoirs publics, pour sauver ce secteur qui est durement frappé par la pandémie du coronavirus

Ce 27 mai 2020, le ministre des Forêts et de la Faune, Jules Doret Ndongo recevait en audience le président du Groupement de la filière bois du Cameroun(Gfbc) Giorgio Giorgetti. Une audience qui a permis à ce dernier d’égrainer le chapelet des difficultés que traversent les entreprises forestières à cause de la pandémie du coronavirus. Avec la récession qu’a connue la Chine (grand consommateur de bois) en début d’année, la chute des prix sur le marché international et l’annulation de plusieurs contrats, les exportations de bois ont considérablement chuté.  A cela s’ajoutent des licenciements du personnel, conduisant à une baisse considérable de l’abattage des arbres. Un état de fait qui aura de lourdes conséquences sur le paiement, par ces exploitants, de la redevance forestière annuelle. « Avec le coronavirus, la situation du secteur forestier s’est aggravée » précise la président du Gfbc.

>>Lire aussi-Exploitation illégale du bois: le coup d’épée dans l’eau d’Atanga Nji

Pour garder la tête hors de l’eau, les exploitants forestiers sollicitent un rééchelonnement de ces paiements. Ils souhaitent par ailleurs une réduction de 1,5% de la taxe d’abattage. Soit 2,5% au lieu de 4% tel que prévu par la loi de finances 2020. Ils sollicitent également au titre des doléances, que l’Etat baisse les droits de douane sur le bois transformé, de 10% tel que fixé par la loi, à 5,65%.

Des doléances toutes enregistrées par le Minfof qui a promis de les transmettre à qui de droit.

>>Lire aussi- Le Cameroun fait 32 milliards de recettes forestières au cours de l’exercice 2018

Le plus récent

Tags

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer