A la UneEchos des régionsOuest
A la Une

Les marchés de commercialisation des porcs et des sous-produits porcins fermés à l’Ouest

C’est ce qu’il faut retenir d’un arrêté régional instituant les mesures de prévention et de lutte contre la peste porcine africaine dans cette région par le gouverneur.

Une nouvelle épizootie de peste porcine africaine signalée dans plusieurs régions du Cameroun menace le cheptel porcin. Augustine Awa Fonka, gouverneur de la région de l’Ouest a, à travers un arrêté signé du 16 juillet dernier, fermé de manière temporaire les marchés de commercialisation des porcs et des sous-produits des fermes porcines sur l’ensemble de son unité de commandement. Cet arrêté régional porte également interdiction de circulation et de transport de ces mêmes produits des fermes porcines. « Les mesures de polices sanitaires relatives à la peste porcine africaine (Ppa) doivent immédiatement être mises en œuvre dans les foyers, conformément à la loi en vigueur », a-t-il précisé. 

« Ces mesures préventives visent à faire face aux risques de propagation de la maladie et à protéger le cheptel porcin dans la région de l’Ouest », lit-on. Déjà le 25 juin dernier, le Ministre de l’élevage, des pêches et des industries animales avait déjà prescrit à ses délégués régionaux, des mesures en vue de la « gestion de l’épizootie de peste porcine africaine en cours ». Dans cette lettre adressée à ses collaborateurs des régions, le Dr Taïga relevait déjà que « des cas confirmés de peste porcine africaine ont été rapportés dans plusieurs régions du pays depuis quelques semaines, au Réseau d’épidémio-surveillance des maladies animales du Cameroun (Rescam) ».

Face à cette réalité, le chef de ce département ministériel, avait instruit ses collaborateurs des régions de prendre des mesures notamment de l’information et de la sensibilisation des acteurs de la filière porcine, la surveillance des élevages et des marchés de porcs, le contrôle des mouvements de porcs et des produits d’origine porcine, l’exigence des documents sanitaires conformément à la règlementation, la désinfection systématique des véhicules affectés au transport des porcs, la mise en œuvre des mesures sanitaires dans tous les foyers, la réactivation des check-points.

80% du cheptel décimé en 1982

Avec cette interdiction de commercialisation et de circulation des produits porcins dans la région de l’Ouest, les villes de Douala et de Yaoundé pourront désormais s’approvisionner à partir des régions septentrionales. Ces dernières devenues elles-aussi des principaux bassins de production de porcs au Cameroun. Le bassin du Logone pourra être mis à contribution pour résorber le déficit créé par l’arrêté du gouverneur de la région de l’Ouest dans ces villes.

Cet arrêté déjà en vigueur vient ainsi contribuer à plomber une filière qui contribue positivement à l’amélioration de la production porcine au Cameroun à travers les éleveurs modernes et traditionnels, de plus en plus nombreux. On se rappelle qu’en 1982, la toute première épizootie de peste porcine déclarée de l’histoire du Cameroun avait officiellement décimé 80% du cheptel porcin.

Armel Djiogue 

Afficher plus

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page