Chargement des breaking news...
Politiques Publiques

L’Etat envisage créer une société de patrimoine ferroviaire

Cette nouvelle structure en gestation sera responsable des infrastructures et de la régulation de l’accès des exploitants au domaine ferroviaire. Elle est titulaire d’une concession exclusive accordée par l’Etat aux fins de gestion du réseau ferroviaire national.

Publiée mardi 13 juin 2023 à 20:01:58Modifiée mardi 13 juin 2023 à 20:02:02Temps de lecture 4 minPar René Ombala

S’achemine-t-on vers un transport ferroviaire de haute facture au Cameroun? C’est du moins ce qui transpire du projet de loi qui vient d’être déposé (ce 13 juin 2023) sur la table des députés pour examen. Ce secteur d’activité a drainé de nombreux manquements et d’insuffisances au fil des ans parmi lesquels : la dégradation continue des infrastructures ;la régression drastique du nombre de passagers qui est passé de 1,4 million en 2010 à 600 000 en 2021; la baisse du volume des marchandises transportées, estimé à 1,6 million en 2021 contre 1,9 million en 2010…

Lire aussi : Métiers ferroviaires : L’Université de Douala signe 2 conventions de partenariat avec Camrail

L’accident d’Eseka, survenu le 21 octobre 2016 avec de nombreux morts, a contribué à réduire l’attractivité de ce mode de transport au Cameroun. Au-delà de tout, le réseau ferroviaire a gardé son linéaire initial de 1270 km depuis 1974 ; dont 270 km sont dégradés et inexploités aujourd’hui.

Lire aussi : Train Express : Camrail réduit de 10% et 11,7 % les tarifs en première classe à la faveur de la rentrée scolaire

Face à ces difficultés et au cadre règlementaire jugé obsolète par rapport aux défis de l’heure, le gouvernement est déterminé à changer de paradigme pour redorer le blason de ce secteur jadis attractif. Cela passe par une modernisation à travers la reconfiguration du paysage institutionnel, la redéfinition du rôle de chaque acteur et la mise sur pied d’un système de contrôle, de régulation et de sanction. Le schéma institutionnel retenu propose la création d’une société de patrimoine ferroviaire chargée de la gestion des biens et droits affectés par l’Etat à l’activité ferroviaire.

Lire aussi : Corridor Douala/Bangui/Ndjaména : les organismes de gestion du fret chargent Camrail

Dans l’optique de garantir le respect des normes et de prévenir les possibles dérives, ce projet de loi de 167 articles prévoit les mécanismes de répression constitués notamment des sanctions administratives et pénales pouvant être infligées aussi bien aux opérateurs du secteur qu’au personnel ferroviaire. L’aboutissement de ce texte va permettre de procurer au secteur ferroviaire, le levier normatif devant sous-tendre sa modernisation, en plus de la réponse aux manquements et dysfonctionnements qui entravent encore la compétitivité de ce secteur d’activités. Ce projet de loi sera défendu par le ministre des Transports, Jean Ernest Masséna Ngalle Bibehe.

A LIRE AUSSI

Articles similaires

Actuellement en kiosque

Les plus lus

1
2
3
4

Nos réseaux

Magazine
computer

Le meilleur de l’actualité économique africaine en un clic

Enquêtes, informations exclusives, analyses, interviews, reportages... Chaque jour, la rédaction d'EcoMatin met son expertise au service des lecteurs.

Informations fiables, newsletters exclusives : Abonnez-vous pour avoir un accès illimité à l'ensemble de notre offre éditoriale.

Abonnez-vous pour €99.9 par an

Nos offres vous proposent un accès illimité à tous nos articles, y compris les contenus exclusifs et premium.

S'abonner