Conjoncture

L’Extrême-Nord vit dans l’extrême pauvreté

C’est l’un des constats du rapport national 2019 sur le développement humain rendu public le 16 janvier 2020 qui indique qu’environ 61% de la population de cette région vit très en dessous du seuil de pauvreté.

Croissance inclusive, inégalités et exclusions. En consacrant leur édition 2019 du Rapport national sur le développement humain à ces trois thématiques, le ministère en charge de l’Economie et le bureau national du Programme des Nations unies pour le Développement (Pnud) ont sans doute voulu marquer les esprits ou, à tout le moins, mobiliser l’attention publique sur les menaces que ferait planer une croissance non inclusive sur le Cameroun. « La problématique de l’inclusion est d’autant plus d’actualité que les crises sociopolitiques que traverse le pays ces dernières années semblent cristalliser l’expression du sentiment d’inégalité et d’exclusion de certaines catégories sociales », écrivent les préfaciers de ce rapport.

Le document rappelle que sur la décennie 2010-2020, la croissance du Cameroun, bien qu’en deçà des objectifs fixés par le gouvernement, est restée soutenue sur toute la décennie et s’est même montrée résiliente face aux revers que lui a imposé la chute des cours mondiaux des matières premières, en se maintenant au-dessus de 3,5% durant les cinq dernières années.

Le problème, constate le rapport, est que cette « croissance remarquable ne se reflète pas en termes de développement humain et la majorité de la population camerounaise n’en tire pas pleinement profits ».

Mesurer et illustrer les pauvretés, les inégalités et les exclusions au Cameroun

Le rapport national 2019 sur le développement humain a donc eu pour assignation fonctionnelle de « relever les contraintes de l’inadéquation entre la croissance économique et les inégalités sociales observées durant la première phase de la Vision (2035) et d’en tirer les leçons pour proposer des mesures de politiques efficaces pour une croissance plus vigoureuse et inclusive ».

Ce rapport s’attèle par exemple à mesurer et à illustrer les pauvretés, les inégalités et les exclusions au Cameroun, et à examiner le lien qu’elles entretiennent avec le profil actuel de la croissance. Dans cette perspective, le rapport note qu’il y a comme une distribution spatiale de la pauvreté, notamment dans son acception multidimensionnelle. Au classement des régions les plus affectée par la pauvreté multidimensionnelle (classement issu d’une enquête portant l’Indice de Développement Humain (IDH) rendue publique en 2018), la région de l’Extrême-Nord arrive en tête. 61% de la population de cette région qui abrite 21% de la population nationale vivrait, selon le Pnud, dans une situation d’« extrême pauvreté ». La région du Nord (11,3% de la population nationale) vient en deuxième position, avec 56% de sa population vivant dans l’extrême pauvreté.

Pour y remédier et parvenir à une croissance plus inclusive, le rapport suggère trois pistes à explorer : l’agriculture (qui emploie une personne sur deux), la protection sociale et la décentralisation.

Afficher plus

Articles Liés

Bouton retour en haut de la page
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité. Merci pour votre compréhension!