DossiersEnquêteSESSION PARLEMENTAIRE DE NOVEMBRE 2021SESSIONS PARLEMENTAIRES
A la Une

Loi de finances 2022 : Zoom sur les priorités du Mincommerce, Minepat, Minpostel, Minepia…

Plusieurs membres du gouvernement se sont déjà présentés devant la commission des Finances et du Budget de l’Assemblée nationale pour défendre leur budget prévisionnel pour 2022. Focus sur 5 départements ministériels.

La Session parlementaire en cours, qui a débuté au début du mois de Novembre à l’Assemblée nationale et au sénat, est prioritairement consacrée à l’auscultation du budget de l’État. L’examen de la loi de finances 2022 a été officiellement lancé le 27 novembre 2021. Si l’on se réfère au projet de loi de finances 2022 soumis à la sanction des parlementaires, le Cameroun table sur un budget prévisionnel de 5752,4 milliards de FCFA en dépenses et charges totales. Ce qui correspond à une hausse de 282 milliards de FCFA (5,1%), comparé à l’enveloppe de 5480,4 milliards de FCFA annoncée en 2021.

Lire aussi : Production laitière : le Minepia va importer de nouvelles génisses en provenance de la France

En attendant le vote de la loi de finances initiale et sa ratification par le président de la République, de nombreux ministres défilent devant les membres de la Commission des Finances et du Budget du parlement, pour défendre l’enveloppe qu’ils sollicitent pour mener à bien leurs différents projets et activités l’année prochaine.

4 programmes pour plus de 7 milliards au Mincommerce

Dans son projet de performances 2022 présenté à l’assemblée nationale, mardi 30 novembre 2021, le ministère du Commerce compte financer 4 principaux programmes pour un montant global de 7 958 000 000 de FCFA. Dans le détail, il s’agit du programme d’appui au développement des exportations, du programme de régulation du marché intérieur, de la métrologie, de la veille normative et de l’encadrement du juste prix, et enfin un ultime programme, en rapport avec la gouvernance et l’appui institutionnel. En ce qui concerne la première prévision, elle sera dotée d’une enveloppe budgétaire de 381 142 000 et sera centré sur la promotion du made in Cameroon à travers l’organisation de divers festivals (Festicoffee, Festicacao, foire agricole de Mfou etc.). Un appui substantiel sera également apporté aux opérateurs économiques camerounais qui iront assister à des manifestations promotionnelles à l’étranger. L’allocation budgétaire la plus élevée va être consacrée à la régulation du marché intérieur. Les activités prévues ici sont: L’intensification de la mise en place des infrastructures marchandes dans l’optique de favoriser la concentration de l’offre des produits et d’optimiser les approvisionnements, à travers la construction par l’entremise des municipalités, de 14 nouvelles halles de marchés. En plus de cela, le Mincommerce va également procéder à l’accompagnement du mouvement de modernisation de l’espace commercial. Ceci, par l’incitation à l’implantation de nouvelles enseignes commerciales.

Au Minepat, plus de milliards de milliards de FCFA dédiés aux investissements.

Les priorités du Ministère de l’Economie de la planification et de l’aménagement du territoire (MINEPAT) pour 2022 sont connues. Elles ont été présentées lundi 29 novembre 2021, aux membres de la commission des Finances et du budget de l’Assemblée nationale par Paul Tasong, ministre délégué auprès du Minepat, qui remplaçait Alamine Ousmane Mey, le chef de ce département ministériel, qui était en déplacement. Conformément à ce qui est mentionné dans le document présenté aux élus du peuple, la demande budgétaire globale du Minepat s’élève à 59,813 milliards, en autorisations d’engagement et crédits de paiements, dont 19, 693 milliards pour le fonctionnement et 40, 120 milliards réservés aux investissements.

Lire aussi : Made in Cameroon : près de 400 millions de F destinée au développement et à la diversification des exportations

Comme l’a indiqué ce ministère, cet argent est destiné à l’opérationnalisation des différents plans et programmes phares contenus dans la stratégie nationale de développement 2020-2030, dont l’un des plus prégnants est la transformation structurelle de l’économie pour en améliorer la croissance. Il s’agira surtout de redynamiser le secteur privé, de renforcer les activités d’import-substitution, et d’améliorer le climat des affaires. Le Minepat veut également booster le partenariat au développement, ainsi que l’intégration sous régionale.

Le développement de l’industrie animale et halieutique au centre des préoccupations au Minepia

Ce n’est pas une nouveauté. Ces deux principales préoccupations ainsi que leurs diverses composantes font déjà l’objet d’une implémentation sur le terrain. Il sera simplement question comme l’a indiqué le Minepia dans son programme prévisionnel 2022, de poursuivre la mise en œuvre de celles-ci. Pour ce qui est du cas spécifique de l’industrie animale. Ledit ministère veut doper la production laitière nationale, avec notamment, une nouvelle importation de génisses gestantes de race montbéliarde et la mise en place de 26 exploitations laitières. Dans le même sillage, le Minepia espère également un boom considérable de la production de viande et une revivification de l’industrie halieutique. Pour ce faire, il compte mettre en place des parentaux pour l’amélioration génétique porcine, ainsi qu’un programme d’animation pastorale afin de renforcer l’action d’accompagnement, l’encadrement et l’appui aux producteurs. Ce département ministériel va également engager la construction des infrastructures d’élevage, et s’attarder sur la maîtrise des pêches de capture, la promotion de l’aquaculture et pour finir l’amélioration de la couverture sanitaire des cheptels et la lutte contre les zoonoses. En outre, une partie du budget prévisionnel qui s’élève à 177,882 milliards de FCFA, sera consacrée à l’appui institutionnel au secteur de l’élevage, des pêches, de l’aquaculture et de l’industrie animale et à l’implémentation de la stratégie de mise en œuvre des activités liées à l’import-substitution.

Fourniture d’internet et construction des liaisons transnationales annoncées lors de la CAN 2021

 Les prévisions budgétaires du ministère des Postes et Télécommunications sont en baisse par rapport à l’année dernière. Face aux députés, Minette Libom Li Likeng a sollicité une enveloppe budgétaire de 16,162 milliards de FCFA, contre 21,496 milliards en 2021. Subdivisé en deux parties, dont 11 milliards de FCFA pour l’investissement et 5,162 milliards pour le fonctionnement, ledit budget va être injecté dans l’opérationnalisation de plusieurs projets égrainés par le membre du gouvernement, lors de son passage à la chambre basse du parlement. Tout d’abord, il sera question de poursuivre la densification du réseau postal ainsi que la transformation numérique de la poste. Un budget prévisionnel de 1,320 milliard sera nécessaire pour la concrétisation de ce processus. Dans le domaine des télécommunications et des technologies de l’information et de la communication, diverses actions sont également envisagées. Notamment, la densification et la maintenance de l’infrastructure large bande, le développement et la promotion du numérique. Des objectifs assujettis à la construction préalable des liaisons transnationales vers le Congo, le Gabon, la RCA, le Tchad, la Guinée équatoriale et le Nigeria. Pour finir, le Minpostel devra également des capacités internet hautement satisfaisantes lors de la CAN 2021 qui débute en janvier.

Poursuite de l’inclusion sociale au ministère des Affaires Sociales

Certainement de l’un des budgets prévisionnels les moins élevés, soit un total de 13,3 milliards de FCFA, le ministère des Affaires sociales compte poursuivre à l’aide de ce dernier, la mise en œuvre de la politique d’inclusion sociale engagée depuis de nombreuses années. «La priorité sera accordée à la promotion de l’inclusion pour les personnes socialement vulnérables. De manière générale, nous allons intensifier notre action pour la promotion de l’inclusion sociale. Un accent sera également mis à la poursuite de la modernisation de nos institutions spécialisées. Des structures d’encadrement. Nous allons également mettre un accent sur les conditions de travail dans nos structures, pour un meilleur rendement. Ceci afin que nos collaborateurs puissent travailler dans de bonnes conditions», a déclaré Pauline Irène Nguene, le ministre des Affaires Sociales.

Lire aussi : Assemblée nationale : vers la ratification du protocole relatif aux droits des personnes âgées

Afficher plus

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page