Affaire Mebe Ngo'oConjonctureContentieux judiciaires

Madame Mebe Ngo’o au tribunal pour 5 millions FCFA

L’épouse de l’ex ministre de la Défense a saisi le tribunal pour une remise de matériel offert par la société de construction Fokou à un militaire qui réalisait des commissions pour elle.

Le torchon brûle entre Mme Mebe Ngo’o, épouse de l’ancien ministre de la Défense et Ignace Martin Atangana, un sous-lieutenant de l’armée camerounaise. A l’origine de la discorde : un bon de matériel d’une valeur de 5 millions FCFA offert par le directeur général de la société de construction Fokou. En procès depuis mars 2019, l’accusé est poursuivi pour abus de confiance et violation de consignes.

Selon les déclarations de la plaignante, Bernadette Mebe Ngo’o, les faits remontent à février 2017. A cette époque, Ignace Martin Atangana, en faction à la résidence privée de l’Ex-Mindef Edgar Alain Mebe Ngo’o, est chargé par « sa patronne » de soumettre le devis estimatif établi par un entrepreneur à l’appréciation de l’entreprise de construction Fokou. A la suite de cette expertise, elle compte effectuer des achats. Contre toute attente, le directeur général de Fokou décide de faire un don de matériel d’une valeur de 5 millions FCFA en remettant au commissionnaire un bon qui malheureusement ne sera jamais rétrocédé à l’ayant-droit. Une fois le pot-au-rose découvert, Bernadette Mebe Ngo’o saisit le tribunal militaire de Yaoundé.


>> Lire aussi -Madame Mebe Ngo’o au tribunal pour 5 millions CFA


Pour sa défense, l’accusé qui comparait libre plaide non coupable. Il explique que « la plaignante l’a envoyé à la direction générale de la société Fokou située au marché Mokolo pour une contre-expertise du devis que venait de lui remettre l’ingénieur en charge de la construction de son immeuble à deux niveaux ». Ce devis se chiffrait à 200 millions FCFA. Après avoir remis le document à Robert Fokou, ce dernier lui demande de laisser ses coordonnées. Le 3 mars 2019, le bidasse reçoit un appel téléphonique de la secrétaire de Fokou, l’informant de l’existence du bon querellé. L’accusé soutient dans sa plaidoirie que ce n’est pas la première fois qu’il bénéficiait d’un tel avantage. Il en a rendu compte à Mme Mebe Ngo’o qui s’est offusquée de n’avoir jamais été informée de la remise ni par l’entrepreneur, ni par la société.  En outre, souligne-t-il, le bon en question portait son nom. Raison pour laquelle, les 5 millions FCFA ont été affectés à ses activités personnelles.


>> Lire aussi –Prison de Kondengui: Le nouveau régisseur durcit le ton contre Mebe Ngo’o


Afin d’éviter toute querelle, le Sous-lieutenant dit avoir rétrocédé 4 des 5 millions FCFA. Malgré cela, le représentant du parquet militaire en prenant ses réquisitions finales, a au juge de déclarer Ignace Martin Atangana coupable des faits qui lui sont reprochés.

 

Afficher plus

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page