Business

Made in Cameroon : La pierre de Pouma menacée par les carreaux chinois

Reconnue sur le marché mondial parmi les meilleures pierres décoratives au monde, le produit camerounais a aujourd’hui du mal à se positionner sur le marché local.

La qualité de la pierre décorative de Pouma fait l’unanimité dans le monde entier. Sa solidité et sa couleur font la singularité de cette pierre. En 2015 par exemple, la ville éponyme a été appelée à la présenter au Salon Marmomacc (manifestation leader au niveau mondial pour l’industrie de la pierre et du marbre). Même si la notoriété de ce produit minier fait aujourd’hui la fierté et la réputation de sa ville, la pierre de Pouma souffre encore de sa non reconnaissance sur le marché local. En concurrence avec le marbre importé, la pierre de Pouma ne fait pas le poids côté prix. Vendue à pas moins de 5 000 FCFA le m2, elle a du mal à s’imposer face aux carreaux importés de Chine dont le  m2  coûte 2 000 FCFA . Soit une différence de 3 000 FCFA qui fait pencher le cœur des consommateurs camerounais vers les produits chinois. « Je ne vends plus la pierre de Pouma dans ma boutique, ça ne passe pas. Les clients préfèrent acheter les carreaux importés qui sont moins chers » déclare Martin N. commerçant de marbre au quartier Biyem-Assi « pour trouver la pierre de Pouma au ici à Yaoundé il faut aller dans les grands magasins ou à des endroits spécialisés mais ici dans les quartiers » a-t-il ajouté. Pour, André Bassog artisan à Pouma cette situation représente non seulement un problème pour l’économie Camerounaise en général mais également pour les petits artisans qui n’arrivent pas à vivre du fruit de leur travail. La valorisation de ce potentiel minier pourrait être d’un grand avantage pour le Cameroun. Pour cela, il convient d’industrialiser cette l’activité qui jusqu’ici se fait de façon rudimentaire avec de matériaux archaïques. Ce qui pourrait permettre de rendre le produit concurrentiel sur le marché national et international. Encore que cette mesure nécessite des financements.

Aussi, la démarche de labélisation entamée par le gouvernement pourrait également présager une sortie de crise. En effet, en début d’année dernière, le Cameroun avait introduit 15 nouvelles propositions de labellisation à l’Organisation africaine de la propriété intellectuelle parmi lesquelles la pierre de Pouma qui pourra bientôt inscrire son nom dans la liste des indications géographiques au côté du miel d’Oku et du poivre de Penja. De quoi donner une meilleure visibilité au produit, augmenter la demande et apporter un revenu consistant aux artisans. Toutefois, ces roches granitiques et granitoïdes constituent des ressources pour les populations de la localité qui en font un commerce. Malheureusement aucune recherche sérieuse n’a jamais été entreprise pour connaître la qualité et la couverture spatiale de ce gisement. Néanmoins, ce que l’on sait c’est que les pierres granitiques que l’on retrouve dans la zone de Sackbayeme 2 et Log Mbon (villages du département) ne sont pas encore exploitées.

La Rédaction EcoMatin

Mots clés
Afficher plus

Articles Liés

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité. Merci pour votre compréhension!