A la UneBusiness

Management: Nexttel au bord de l’explosion

A l’origine du conflit, une volonté d’émancipation de Viettel Cameroun, avec notamment son refus d’une certaine « vietnamisation » de ses cadres.

Le réseau semble perturbé entre Viettel Cameroun et Viettel Global Investment. Les deux partenaires qui gèrent l’entreprise de téléphonie mobile Nexttel au Cameroun se regardent désormais en chiens de faïence. Le partenaire camerounais de Viettel Global Investment entend désormais s’émanciper et sortir d’une certaine « prééminence » vietnamienne. Tout commence par une fin de non-recevoir du président du conseil d’administration de Viettel Cameroun, Baba Danpullo opposée à la tentative de recrutement de 500 autres cadres vietnamiens en plus des 120 qui exercent déjà au Cameroun. « Tout se passe comme si les vietnamiens avaient affaire à des stupides partenaires camerounais rangés et définitivement résignés et résolus à jouer les seconds rôles. Il y a une sorte de condescendance des vietnamiens qui laisse entrevoir qu’ils peuvent tout se permettre; avoir la primauté sur tout. Ils peuvent injecter dans l’arène nationale, des cadres exclusivement importés du Vietnam », s’indigne une source interne.

Il y a comme un tollé général au sein de Viettel Cameroun. L’on s’insurge contre le fait que Viettel Global Investment ne soit pas dans la lignée des entreprises étrangères évoluant dans le même secteur d’activité de la téléphonie mobile, à l’instar de Mtn et Orange qui ont confié le management des démembrements de leur entreprise « mère », à 95% des cadres nationaux.

L’on reproche aussi à Viettel Global Investment de prétendre dans un communiqué de presse, que les Camerounais occupent 85% des emplois au sein de la société. Au sein de Viettel Cameroun l’on murmure que, « ces vietnamiens violent sans cesse la législation du travail qui est claire quand elle indique que les étrangers ne peuvent occuper au Cameroun que des fonctions dont le pays ne regorge pas les compétences en la matière, et que ces étrangers ont l’obligation de transférer la technologie aux nationaux ». Et pourtant, précise-t-on, on retrouve un nombre important des vietnamiens occupant des fonctions dont les compétences affluent sur le marché camerounais. Autre grief porté contre Viettel Global Investment, le fait de vouloir imposer le vietnamien comme langue de travail au sein de la société Viettel Cameroun SA. « Dans leur esprit de coloniser les Camerounais, les vietnamiens continuent de tenir des réunions en vietnamien. Fait grave, même des documents sensibles et hautement stratégiques de l’entreprise sont tenus en cette langue », se plaint un employé.


>> Lire aussi – Affaire Nexttel: Baba Danpullo et les 93 milliards des vietnamiens


Pourtant, ce climat social visiblement malsain au sein de Viettel Cameroun  ne transparait pas dans le communiqué de Viettel Cameroun publié récemment dans la presse locale. L’on indique plutôt que « Nexttel souhaite être la fierté du Cameroun ». La maison-mère tente ainsi de rassurer en indiquant que Viettel Cameroun S.A. s’engage à œuvrer pour les intérêts du peuple camerounais, en s’opposant à tout effort visant à compromettre le partenariat, à sous-estimer l’investissement engagé et à nuire à sa réputation. Or, selon un avocat d’affaires, «les vietnamiens ont cru devoir policer leur image de grossier prédateur en territoire d’accueil; en se présentant comme une entreprise citoyenne qui est arrivée au Cameroun par leur propre effort, traitant désormais leur partenaire de collaborateur, minimisant son apport de 30% dans l’actionnariat de la société». Une source interne ajoute même qu’«il y a une sorte de condescendance des vietnamiens qui laisse entrevoir qu’ils peuvent tout se permettre; avoir la primauté sur tout. Ils peuvent injecter dans l’arène nationale, des cadres exclusivement importés du Vietnam ».

Un bilan plutôt flatteur

Le bilan chiffré de l’opérateur de téléphonie mobile, la marque commerciale de Viettel Cameroun S.A contrastent visiblement avec le client social au sein de cette entreprise de télécommunications. Selon les données contenues dans un communiqué de presse récemment publié, l’opérateur de télécoms réclame par exemple une couverture nationale de son réseau de 90%, dont 99, 2% en zone urbaine. Avec 2000 stations BTS et 8000 kilomètres de fibre optique, Nexttel précise-t-on, est aujourd’hui le premier opérateur téléphonique du Cameroun, comparé aux autres opérateurs de télécoms qui ont investi et commencé sur le marché camerounais sur de longues périodes. Nexttel, vante-t-on, est également le premier opérateur au Cameroun à proposer des services 3G. En termes d’abonnés à son réseau, Nexttel annonce  en 2018, 4,5 millions de Camerounais qui lui font confiance. Ce qui fait croire à certains experts camerounais, rapporte-t-on que « Nexttel est le réseau qui a l’expertise et la capacité nécessaires pour transformer la vie de ses clients et prospects par l’innovation technologique ». Outre la téléphonie mobile et l’internet, Nexttel TV figure également dans la gamme de services offerts par cet opérateur de télécoms. Cette plateforme mobile qui émet depuis 2006 à Douala permet à ses clients de regarder des films et d’écouter de la musique directement sur leur téléphone ou tablette.

En termes de récompenses, Nexttel, informe-t-on, a par exemple été primé « Best Internet Service Provider », respectivement en 2015 et 2016, et « Best Mobile TV Application » en 2016. Des prix décernés par les Ascom Awards qui récompensent les réalisations dans les domaines de la télécommunication et du marketing au Cameroun. A Nexttel, on se réclame être le pionnier en matière de fourniture de services 3G et disposer de la meilleure couverture 3G au Cameroun, ainsi que d’une politique tarifaire raisonnable. Selon les résultats d’une enquête relayée par Nexttel, 97% des clients qui utilisent ses services partagent le sentiment que les vitesses d’accès sont à la hauteur de leurs attentes. De plus, avec environs 2000 vendeurs mobiles, plus de 80 000 points de vente et 97 concessionnaires agréés. En 04 ans d’existence, explique-t-on, Nextell a créé des emplois pour plus de 100 000 Camerounais.

Actuellement, cet opérateur de télécoms emploie 1000 personnes, soit 94% de Camerounais. Un pourcentage en déphasage avec les accusations d’une certaine « vietnamisation » de la main d’œuvre de cette entreprise portée par Viettel Cameroun contre sa maison-mère, Viettel Global Investment. C’est le cas par exemple de la tentative de recrutement de 500 autres cadres vietnamiens au Cameroun en plus des 120  qui y exercent déjà au Cameroun qui a reçu une fin de non-recevoir de la part du président d’administration de Viettel Cameroun, Baba Danpullo. Dans le domaine social, Nexttel exhibe également des actions relevant de la responsabilité sociétale des entreprises. Avec notamment, un important programme de soins de santé développé depuis 2016. Ce programme, informe-t-on, coûte près de 20 millions de FCFA par an. Une somme destinée à fournir des soins de santé à toutes les personnes défavorisées dans les régions éloignées n’ayant pas accès aux soins médicaux.

En rappel, sur un marché global de la téléphonie fixe et mobile de l’ordre de 566,14 milliards FCFA en 2015, selon le dernier rapport de l’Agence de Régulation des Télécommunications (ART), l’opérateur vietnamien Viettel, pointe en 3ème position avec 7,13% de parts de marché.

Abonnez-vous à notre lettre d'information

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à notre newsletter

Afficher plus

Articles Liés

Close

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité. Merci pour votre compréhension!