Business et EntreprisesDossiers
A la Une

Métiers de l’Internet : les formations professionnelles prennent de l’allure

La crise sanitaire liée au Coronavirus a provoqué la diminution des formations professionnelles en présentiel. En conséquence, les professionnels se sont retournés vers le Digital pour vendre leurs services.

Ce sont 7secteurs à savoir, le web marketing,le commerce, la coiffure, l’esthétique, le cosmétique, la customisation et la restauration qui regroupentla majorité des offres de formation professionnelle sur Internet. Ces activités très souvent classées dans le domaine de l’informel, revivent en ces temps de covid-19. Pas besoin d’un profil académique ni âge, encore moins de genre spécifique pour attirer les demandeurs autodidactes. Les professionnels l’ont bien compris. Faute de pouvoir transmettre leur savoir-faire en présentiel comme cela se fait habituellement, des séances sont proposées sur Internet à moindre coût. Brigitte Bikoi, promotrice de l’institut de beauté Brigot a tronqué ses cours de cosmétique en salle contre des minis formations en ligne. «Ces formations sont beaucoup moins facturées. Mais les dispenser n’est pas très laborieux et internet offre l’avantage d’un plus grand nombre d’inscrits. Après ces petites formations, des jeunes qui n’ont pas de formation peuvent mieux se débrouiller à trouver le strict minimum au quotidien. L’autre avantage c’est que l’on peut offrir plusieurs sessions de formations en journée sans se fatiguer. Tenez par exemple, la nouvelle campagne que je viens de lancer coûte 3 000 frs pour 2 heures de temps. J’ai déjà une cinquantaine d’inscrits, ça fait quand même des entrées conséquentes. Maintenant en fonction du nombre d’inscrits que je comptabiliserai le vendredi 4 septembre date limite des inscriptions, je pourrai définir le nombre de sessions à faire pour la journée de samedi », explique la femme d’affaires. Au final, c’est un business qui rapporte gros et où la clientèle ne manque jamais.

Lire aussi : Semaine de l’innovation numérique : la start-up E-waste 3D printer

Une population plus demandeuse

Le recrutement se fait par simple partage de liens dans différentes plateformes numériques. Iden Kankeu, maquilleuse professionnelle a décidé de mettre en avant son savoir-faire pour attirer plus de clients : « Tout part du visuel que l’on partage. Il faut qu’il soit vendeur. Je mets uniquement mes réalisations pour attirer la confiance des inscrits. Ensuite je le partage sur Facebook, Instagram et mes différents foras ou groupes WhatsApp. Quand vous avez de belles photos pour votre campagne, vous attirez plus de clients même si la concurrence fait à moindre coût : j’offre mes formations à 50 000 le mois. De cette façon, la professionnelle que je suis à la conscience d’un travail bien accompli » précise-t-elle. Tutos de cuisine, de maquillage, de soins dermatologiques ou même de décoration, tout y est et dans le seul but de se faire de l’argent.

Si les formations professionnelles en ligne sont accessibles à tous, elles présentent également le risque d’une mauvaise qualité d’assimilation et Iden le reconnaît : « l’inconvénient que l’on peut citer est que les étudiants n’assimilent pas parfois très bien les notions, vu qu’elles ne sont pas pratiques. Alors il faut parfois payer une deuxième session pour combler le déficit de formation. Le reste de temps, les apprenants essayent de mettre en pratique à la maison ce qui leur est montré dans la vidéo et sans assistance » Pour crédibiliser le procédé « il est peut-être indispensable de dynamiser les formations à long terme. Que les formateurs prennent un peu plus de temps pour bien expliquer les notions aux apprenants »ajoute-t-elle.

Les tout nouveaux métiers du net ne sont pas en reste dans cet engrenage. Jean P. a décidé d’offrir des cours de web marketing et autres basiques du E-business à une classe assez spéciale. Sa clientèle se compte parmi des webmasters, développeur web, chef de projet multimédia, webdesigners, intégrateur html… Et même des chefs d’entreprises qui veulent accroître leur chiffre d’affaires. « Généralement ce sont des vidéo-conférences ou encore des tutoriels que nous mettons dans les package en fonction de la complexité du cours. Certains cours ont besoin de plus de pratique et pour cette catégorie, les tutoriels sont plus adaptés pour que l’objectif soit atteint. Les tutoriels ont cet avantage qu’ils permettent de suivre étape par étape comment un mécanisme fonctionne. Pour le E-marketing, c’est simplement des conférences visio parce que c’est théorique. L’apprenant a plus besoin de savoir comment accrocher pour vendre un produit » nous explique l’enseignant d’informatique.

Lire aussi :  Innovation numérique : les startuppeurs à l’honneur

Le revers de la médaille

Le business de formation en ligne est devenu le nouvel eldorado des professionnels depuis la survenue de la pandémie à Coronavirus. Si les bénéfices sont facilement acquis, il convient tout de même de marquer un temps d’arrêt sur la qualité très souvent bâclée de l’offre. La solution Internet entraîne également les risques d’arnaques : «J’avais acheté un PDF de formation en fabrication de savon de ménage et autres produits nettoyants tels que des gels pour l’entretien de la maison, au final pendant 30min je n’ai pu rien retenir ni des noms des produits ni du procédé en lui-même. J’aurai dû me méfier parce que le prix était excessivement bas. Comment peut-on vendre une cinquantaine de formules de fabrication à 500 frs lorsqu’on sait que les produits fabriqués sont destinés à la vente et donc ça implique plus de bénéfices ? » s’interroge Gisèle, jeune étudiante et commerçante à ses heures perdues. Ce sont entre autres les risques que l’on court dans la quête de cette solution qui semble la plus facile pour apprendre un métier.

Il est important de rappeler que toute formation professionnelle sérieuse et reconnue doit être sanctionnée par tout au moins une attestation de fin de formation pour qu’elle soit valable. Or les formations en ligne telles que vulgarisées au Cameroun, n’offrent pas cette possibilité aux bénéficiaires. En outre, sur le plan économique, les établissements agréés, qui payent des impôts, enregistrent un gros manque à gagner tant il est vrai qu’ils perdent une bonne partie de leur clientèle et ne rentrent pas dans leurs frais.  La prochaine rentrée académique étant inscrite sous le strict respect des mesures de distanciations pour limiter la propagation de la Covid- 19, les instituts professionnels espèrent quand même voire plus d’apprenants inscrits pour les cours en présentiel qui offrent plus de garantie de satisfaction tant sur le mode que le rapport qualité /prix.

Lire aussi : Covid-19 : MTN Cameroon donne accès gratuit à 30 sites web d’éducation

Abonnement sur la page Twitter

Le plus récent

Tags

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer