A la UneConjoncture

Mines : 300 nouveaux minerais découverts

L'annonce a été faite, le 11 juin 2019, par Fru Calistrus Gentry, le Secrétaire d'Etat au ministère des Mines, de l'Industrie et du Développement Technologique (Minmidt). Le Cameroun se positionne ainsi dans le cercle très fermé des Etats dont le sous-sol regorge d'immenses richesses.

Alors que se prépare la Conférence internationale sur les mines prévue en septembre 2019 à Yaoundé, le Cameroun vient d’enregistrer un tournant décisif dans l’exploitation de ses ressources. D’après une étude menée depuis 2014 avec l’appui de la Banque mondiale à hauteur 34,8 milliards de FCFA, le sous-sol camerounais dispose d’une importante variété de minerais. Fru Calistrus Gentry, le Secrétaire d’Etat au ministère des Mines, de l’Industrie et du Développement Technologique (Minmidt), a récemment levé un pan de voile sur l’ampleur de la teneur en métaux précieux dont regorge le Cameroun dans le cadre du Programme de renforcement des capacités dans le secteur minier (Precasem) : «d’importants gisements de minerais ont récemment été découverts sur notre territoire. Il n’y a plus aucun doute sur l’existence de nouveaux métaux dans notre sous-sol.»


>> Lire aussi – Mines: le potentiel de la bauxite de Minim Martap réévalué


L’étude a ainsi révélé l’existence dans notre sous-sol de 300 nouveaux minerais rares. Ils proviennent, selon cette étude 5 des 10 Régions du Cameroun: Adamaoua, Centre, Est, Nord et Ouest. Il s’agit notamment du cuivre, de l’or, de l’uranium, le zinc, le nickel, le rutile, le manganèse ainsi que des métaux de base, les terres rares notamment: « Il est très probable que d’ici septembre, avant la conférence internationale, qu’on ait d’autres résultats qui peuvent augmenter ces chiffres à plus de 500», prévoit Fru Calistrus Gentry. L’étude dont les premiers résultats ont été présentés le 11 juin 2019 indique que les données publiées sont parcellaires. Leur éventuelle poursuite pourrait ainsi dévoiler d’autres surprises. Plaçant ainsi le Cameroun parmi les pays africains possédant un sous-sol immensément riche, à l’instar de la République Démocratique du Congo ou du Botswana.


>> Lire aussi – Mine: le fer de Mbalam-Nabeba est-il maudit


Le ministère des Mines, de l’Industrie et du Développement Technologique se dit ouvert aux propositions des plus grosses structures minières du monde spécialisées dans la recherche, le forage et l’exploration du sous-sol. Les bases de cette future coopération seront exposées au cours de la Conférence internationale d’investissement des mines à destination du Cameroun programmée du 2 au 4 septembre 2019. «L’objet, c’est de faire appel à de très grandes sociétés minières dans le monde pour venir exploiter les données qu’on vient d’avoir pour que le Cameroun devienne un chantier minier», conclu le Secrétaire d’Etat au Mindmidt. Cette nouvelle intervient au moment où le Cameroun, pays producteur de pétrole subit de plein fouet la chute du prix et des stocks de ce produit de rente. Le Cameroun se situe aujourd’hui seulement à un taux d’exploitation en deçà de 40% de ses potentialités en ressources minières.

La Rédaction EcoMatin

Abonnez-vous à notre lettre d'information

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à notre newsletter

Afficher plus

Articles Liés

Close

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité. Merci pour votre compréhension!