Le club des éditorialistes de EcoMatin

Mon faciès, qu’est-ce-qu’il a, mon faciès?

Par Christophe Mien Zock

Une semaine après, le titre du journal Le jour sur la « traque au faciès » dont les  militants du MRC auraient été victimes continue de faire des vagues au sein de l’opinion. Malgré la tentative d’explication et de justification du Directeur de publication, l’indignation et les condamnations ne faiblissent pas. Comment un journal considéré jusque-là comme sérieux a-t-il pu se laisser aller à une telle dérive? Comment l’idéologie a-t-elle pu se propager dans ses colonnes au risque d’étouffer le professionnalisme? Quels que soient les arguments avancés par la rédaction, ce titre à lui tout seul est inadmissible.

Si on suit les insinuations du journal Le Jour, les gentils militants du MRC auraient donc un faciès identique, reconnaissable au premier regard. Ce qui leur vaudrait une traque de la part de leurs méchants bourreaux qui auraient eux, un faciès différent. Délit de faciès? La bonne blague! On en rirait si les faits n’étaient pas aussi graves. Ces termes nauséabonds ne vous rappellent rien? Oh que si! Il y aurait donc au Cameroun des métèques, des juifs errants « dignes » d’arborer une étoile jaune au revers de la poitrine?

Soyons sérieux! Il n’y a pas meilleur moyen d’inoculer le venin de la haine tribale dans le corps social. Ah si seulement ces « métèques » désignés pouvaient parler et protester en reprenant les paroles d’une chanson de Johnny Hallyday:

« Quoi ma gueule?

               Qu’est-ce qu’elle a ma gueule?

               Quelque chose qui ne va pas?

               Elle ne te revient pas?

               Oh je sais que tu n’as rien dit

               C’est ton œil que je prends au mot

               Souvent un seul regard suffit

               Pour vous planter mieux qu’un couteau »

Les militants du MRC prétendument traqués pour leurs faciès ne peuvent pas reprendre ces paroles puisqu’elles relèvent d’une vue de l’esprit dans le contexte multi-ethnique camerounais. Qu’à cela ne tienne, cet article reste  bel et bien  une tentative de planter un couteau dans le vivre-ensemble camerounais.

Heureusement les Camerounais dans leur immense majorité ne sont pas tombés dans ce grossier piège. À contrario, comme le jet de salive craché en l’air, il est retombé sur le…MRC. Depuis des années les contempteurs de ce parti répètent à l’envi qu’il a un socle tribal. Ses promoteurs s’en défendent. Mais voilà que l’article du jour vient apporter malgré lui des arguments qui confortent la thèse du parti ethnique. Si les militants de ce parti sont traqués pour leur faciès c’est parce qu’ils ont la même origine. Et s’ils sont d’une seule tribu ils n’ont donc pas pu convaincre d’autres Camerounais d’adhérer à ce parti et encore moins de voter pour son candidat.

CQFD.  Comment ce dernier a-t-il pu alors remporter une élection avec un électorat monocolore? That is the question, comme dirait l’autre. En tout cas merci au journal le jour pour cette belle démonstration. On n’en demandait pas tant.

La Rédaction EcoMatin

Abonnez-vous à notre lettre d'information

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à notre newsletter

Afficher plus

Articles Liés

Close

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité. Merci pour votre compréhension!