Chargement des breaking news...
Afrique

Centrafrique: le Conseil économique demande la création d’une nouvelle monnaie

Au terme d'une séance de travail de 45 jours, les membres du conseil économique et social du pays ont relevé que la devise commune aux six pays de l’espace communautaire (franc CFA) appauvrit plus le pays et le met dans une position de dépendance vis-à-vis de la France.

Publiée jeudi 30 mars 2023 à 13:17:15Modifiée vendredi 3 mai 2024 à 12:12:30Temps de lecture 4 minPar Simon Pierre Mbarga

Les membres du Conseil économique social de la République centrafricaine (Source: Fondation Hirondelle)

Alors que le débat sur la cryptomonnaie n’est pas vidé en République centrafricaine (RCA), le Conseil économique et social de ce pays, vient de jeter un pavé dans la mare en demandant ni plus ni moins que la création d’une nouvelle monnaie. Au terme de 45 jours de travaux, les conseillers du pays annoncent que la nouvelle monnaie viendrait en remplacement du franc CFA, devenu sans intérêt pour la République centrafricaine.
De plus, arguent-ils, la devise commune aux six pays de l’espace communautaire (Cameroun, Gabon, Congo, Tchad, RCA et Guinée équatoriale), appauvrit plus le pays qu’elle ne travaille à sa prospérité et son développement et le met dans une position de dépendance vis-à-vis de la France.
La solution selon eux résiderait du coup dans la création d’une nouvelle monnaie commune aux six Etats de la Cemac. Le pays devrait également procéder au rapatriement en RCA de ses réserves de change logées au Trésor public français.

Lire aussi : Cryptomonnaie : la RCA fléchit et adopte un nouveau cadre réglementaire et juridique
Cette sortie intervient quelques semaines après la tenue du dernier sommet des chefs d’Etat de la Cemac. Sur cette question, les chefs d’Etat ne sont pas parvenus à une décision définitive, recommandant juste la prudence non sans donner un nouveau chronogramme de travail à la Banque des Etats de l’Afrique centrale et à la Commission de la Cemac.
Cette sortie des conseillers intervient également dans un contexte de prudence et de méfiance des crypto-actifs en zone Cemac. Lors de la récente réunion au sommet des chefs d’Etats de l’espacer communautaire, la question a été longuement débattue. Une analyse de la situation et les conséquences des cryptomonnaies sur les économies de la sous-région ont été présentées par le gouverneur de la BEAC. «La conférence a réaffirmé son attachement aux dispositions de l’article 6 de la convention régissant l’Union monétaire de l’Afrique centrale sur le cours légal et pouvoir libératoire de la monnaie de la communauté».
Cet article dispose que «l’unité monétaire légale des Etats membres ayant cours légal est le Franc de la Coopération financière en Afrique Centrale (Franc CFA) (…) La dénomination et la définition de l’unité monétaire de l’Union pourront être modifiées après concertation entre les Etats membres et la France qui garantit la convertibilité du Franc CFA entre les Etats membres et la France.»

Lire aussi : Cemac : le FMI encourage à stopper la cryptomonnaie lancée par la RCA et préserver le FCFA

Pour les chefs d’Etat de la Cemac, la réflexion doit donc se poursuivre. Aussi la conférence a-t-elle «encouragé la COBAC, en collaboration avec les autres régulateurs communautaires, à poursuivre les réflexions déjà engagées en vue d’élaborer un cadre légal et règlementaire des activités relatives à l’émission et à la gestion des crypto-actifs ainsi qu’à la régulation des fintech et proposer le cas échéant des solutions alternatives crédibles ».

En dépit des réserves de nombre d’institutions multilatérales dont le FMI et la BEAC, la RCA a soumis à l’adoption du Parlement un nouveau projet de loi «modifiant et complétant certaines dispositions de la loi N° 22 du 22 Avril 2022» sur la cryptomonnaie. Ainsi, le projet de loi indique que désormais pour assurer le contrôle de toutes les transactions en monnaie électronique dans le pays, l’Etat a décidé de créer une agence nationale de régulation des transactions électroniques dont la mission consiste à assurer la régulation des transactions électroniques et de cryptomonnaie dans le pays.
Et, Dans le chapitre 2 de ladite loi, outre le fait que les transactions monétaires électroniques en RCA peuvent être exprimées en cryptomonnaie légalement reconnue, la monnaie légale utilisée en République Centrafricaine, le franc CFA notamment, est considérée comme monnaie de référence. Du coup, précise le projet de loi, les agents économiques ne sont pas contraints d’accepter les cryptomonnaies comme moyen de paiement.

Lire aussi : Cryptomonnaie : la RCA capte 820 millions de FCF via le Sango Coin

Articles similaires

Actuellement en kiosque

Les plus lus

1
2
3
4

Nos réseaux

Magazine
computer

Le meilleur de l’actualité économique africaine en un clic

Enquêtes, informations exclusives, analyses, interviews, reportages... Chaque jour, la rédaction d'EcoMatin met son expertise au service des lecteurs.

Informations fiables, newsletters exclusives : Abonnez-vous pour avoir un accès illimité à l'ensemble de notre offre éditoriale.

Abonnez-vous pour par an

Nos offres vous proposent un accès illimité à tous nos articles, y compris les contenus exclusifs et premium.

S'abonner