Business et EntreprisesDossiers
A la Une

Déchets plastiques : Nestlé Cameroun s’engage à collecter 100 tonnes

C'est le défi que s'est fixé l'entreprise agroalimentaire pour lutter contre la pollution plastique au Cameroun. En partenariat avec Namé Recycling, société spécialisée dans la collecte et le recyclage des déchets plastiques, Nestlé Cameroun entend participer activement à l'émulation d'une économie circulaire à forte valeur ajoutée dans ce secteur encore à explorer.

D’après un rapport du ministère de l’Environnement, de la Protection de la nature et du Développement durable (Minepded), le Cameroun a produit 600.000 tonnes de déchets plastiques, soit 10% de la production totale des déchets évaluée selon le même rapport à 6 millions de tonnes. Principal pôle  de production industrielle au Cameroun, la ville de Douala ploie sous des vastes champs  de déchets  de divers types. La capitale économique rejette quotidiennement plus de 2000 tonnes de déchets ménagers et industriels, d’après des statistiques délivrées par la mairie de Douala. Parmi ces déchets, la matière plastique occupe quasiment toutes les décharges et dépotoirs sauvages éparpillés dans la métropole. Plusieurs tonnes de déchets plastiques sont ainsi déversées dans la nature. D’après Eric Kandjo, le directeur des opérations de Namé Recycling les zones de production des déchets plastiques ont été circonscrites bien que toute la ville soit impactée. Il s’agit des quartiers Makepe Missoke, Dakar, Rond point Deido, Bonamoussadi-Maetur, New-Bell, ou encore la zone Village et Logbaba-Bassa. Ces détritus difficilement biodégradables, d’après les experts, se décomposent au bout de 450 ans, rendant le sol pollué infertile et impropre à toute culture. Toujours d’après Eric Kandjo, une tonne de déchets plastiques correspondent à 28.800.000 unités de déchets plastiques.

Lire aussi :  Entrepreneuriat : transformer les déchets plastiques en meubles

Prolongation

D’autres expériences d’expertise sur l’impact socio-environnemental de la pollution plastique prouvent par ailleurs que 5000 tonnes de déchets plastiques collectées et recyclées représente 400 ha de forêt reboisée, 300 millions de gaz carbonique retirés de l’atmosphère, et l’équivalent de 574 voitures polluantes extraites de la circulation. Face à la gravité du phénomène, l’entreprise agroalimentaire Nestlé Cameroun a conclu en 2015 un partenariat avec Namé Recycling, une multinationale spécialisée dans la collecte, le traitement, le recyclage et la transformation du déchet plastique. «Dans le cadre de son agenda de création de valeur partagée, Nestlé Cameroun a pris des engagements pour la planète. En effet, Nestlé Cameroun a pris l’engagement global de s’assurer que tous ses emballages soient recyclables ou réutilisables d’ici 2025 avec un accent particulier sur la lutte contre la pollution par les déchets plastiques», a indiqué Robert Helou, l’Administrateur général  de Nestlé Cameroun. La convention Nestlé Cameroun/Namé Recycling a bénéficié, en janvier 2020, d’une prolongation jusqu’en 2023. Parmi les rejets plastiques Nestlé Cameroun dispose d’une part reconnu de responsabilité.

Grande caravane

Les déchets plastiques de l’entreprise agroalimentaire sont en effet visibles dans toutes les décharges et points de collecte. C’est pour renverser cette tendance que Nestlé Cameroun a organisé ce 18 août 2020, en partenariat avec Namé Recycling, une grande opération de collecte et de sensibilisation des communautés contre la pollution plastique. «Le bien-être de nos communautés passe aussi par la préservation d’un environnement sain pour les générations actuelles et futures. A ce titre, Nestlé Cameroun continuera de jouer un rôle majeur pour rendre ses emballages actuels dans le cadre d’une économie circulaire qui créé de la valeur ajoutée », a justifié pour l’occasion Robert Helou. La grande caravane Nestlé Cameroun/Namé Recycling a parcouru successivement les zones Cité des Billes, Ecole publique Bobongo, Carrefour Combi, Barrière Asecna, Carnaval, Ndogpassi et Entrée Billes. Plus de 1000 Kg de déchets plastiques ont ainsi été collectés par la centaine de jeunes volontaires mobilisées par Nestlé Cameroun. Pour l’année 2020, Nestlé Cameroun envisage collecter, traiter et recycler 100 tonnes de déchets plastiques en partenariat avec Namé Recycling.

Lire aussi : Initiative : 2 tonnes de déchets collectés grâce à l’opération Ville propre Orange Pulse

L’expertise Namé Recycling reconnue

L’entreprise reste méconnue du grand public au Cameroun. Pourtant, Namé Recycling, entreprise spécialisée dans la collecte, la transformation et le recyclage des déchets plastiques existe au Cameroun depuis 2014. Mais c’est en 2015 que Namé Recycling lance véritablement ses activités. Sandra Seumi, l’assistante du directeur général de Namé Recycling, apporte un premier bilan chiffré de collecte : «notre entreprise a collecté plus de 5000 tonnes de déchets plastiques». De janvier à juillet 2020, la moisson aura été plus avantageuse. Grâce à un réseau efficace et bien structuré de collecte, Namé Recycling a emmagasiné 2000 tonnes de déchets plastiques. La stratégie de collecte pré-consommation et post-consommation semble par conséquent porter ses fruits.

Rendu ce 18 août 2019, à l’usine Namé Recycling de Bonaberi, c’est jour de mobilisation spéciale. Des jeunes stagiaires s’apprêtent à effectuer une vaste opération de sensibilisation des communautés sur l’usage et les dangers liés au péril plastique, mais aussi de procéder à une collecte de 1000 kg déchets plastiques dans divers points de Douala. Pour ses opérations de collecte de déchets plastiques, Namé Recycling dispose également de 37 cages-poubelles disséminées dans la ville de Douala, 20 à Yaoundé, ainsi que dans plusieurs autres localités. Soit un total de 60 cages-poubelles dans les villes couvertes par l’entreprise. Après la collecte, s’en suivra un long processus de triage, nettoyage, broyage etc….. :«notre broyeur principal est doté d’une capacité de broyage de 1 tonne l’heure. Cette machine broie entre 3 et 5 tonnes chaque jour car elle nécessite 6 heures de temps pour sa mise en forme», explique Eric Kandjo, le Directeur des opérations  de Namé Recycling.

Déploiement international

Le processus de recyclage aboutit finalement à la production des gammes de feuillards destinées au marché national et international, au profit des fripiers, les entreprises de BTP, les sociétés agroalimentaires, les cartonneries ou encore les fabriquant de PVC. Namé Recycling s’étend également des chaises en plastique, des seaux, des réservoirs, couvertures de cahiers, sachets, films, ou encore divers emballages. Egalement présente  en Belgique et au Gabon, Namé Recycling emploie directement 100 personnes au Cameroun. L’entreprise offre par ailleurs 1000 emplois indirects à de jeunes camerounais parfois issus des communautés. «L’avènement Namé Recycling au Cameroun a stoppé les exportations de déchets plastiques recyclables vers d’autres pays dotés de cette technologie», s’est réjoui Sandra Seumi.

Lire aussi : Le droit d’accise menace la filière du recyclage du plastique

Abonnement sur la page Twitter

Le plus récent

Tags

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer