DossiersEnquête
A la Une

Nominations à la Beac : les scénarios de l’après Evou Mekou

Le départ du vice-gouverneur pour la présidence de la Bdeac est le début d’un vaste mouvement qui va s’opérer dans les prochains mois au sein du gouvernement de la Beac.

Il prendra la tête de la Banque de développement des Etats de l’Afrique centrale(Bdeac) dans les prochaines semaines. Mais en attendant, Dieudonné Evou Mekou, 61 ans, continue d’assumer la fonction de Vice-Gouverneur de la Beac. Arrivé à la banque centrale en 2016, son mandat devait prendre fin au mois d’août prochain. Tout laisse cependant croire que le poste restera vacant d’ici à là ; en attendant un vaste mouvement devant intervenir entre 2022 et 2023 au sein du gouvernement de la Beac.

Rotation

Banque Centrale des Etats de la Cemac est en effet composée de 6 membres que sont le Gouverneur, le Vice- Gouverneur, le Secrétaire Général et 3 Directeurs Généraux. Chacun de ces membres représente l’un des Etats de la Cemac et le remplacement à chaque fonction du gouvernement se fait sur le principe de rotation par ordre alphabétique des Etats membres institué le 17 janvier 2010 à Bangui par la Conférence des Chefs d’Etats, sur les cendres du consensus de Fort Lamy. Ils sont nommés par la conférence des chefs d’Etat pour des mandats de 7 ans pour le gouverneur et 6 ans pour les autres, non renouvelables. Abritant le siège de l’institution sous régionale, le Cameroun est d’office exclu du poste de gouverneur qui est rotatif entre les 5 autres Etats. Arrivé en 2016 en remplacement de l’équato-guinéen Lucas Abaga Nchama, le tchadien Abbas Mahamat Tolli cèdera la place en fin 2023 à un ressortissant centrafricain. Le poste de vice-gouverneur jusqu’ici occupé par le camerounais Dieudonné Evou Mekou, reviendra quant à lui un peu plus tôt, soit en août 2022, au Congo. Le Cameroun pourrait dès lors hériter soit du poste de Directeur Général de l’Exploitation, soit de celui de DG des Études financières et Relations internationales. Le premier est occupé par le congolais Cédric Ondaye Ebauh dont le mandat sera forclos en octobre prochain, et le second par l’équato- guinéen Ivan Bacale Ebe Molina, en fin de mandat dans 3 mois.

Lire aussi : Le Camerounais Dieudonné Evou Mekou nommé Président de la BDEAC

Le poste de Secrétariat Général est hors de portée pour le Cameroun actuellement occupé par le gabonais Désiré Guedon dont le mandat n’expire qu’en février 2023. Le centrafricain Bienvenu Marius Roosevelt Feimonazoui actuel Directeur Général du Contrôle général ne devrait libérer le poste qu’après la nomination de son compatriote (ou de lui-même) en tant que gouverneur. La direction du contrôle général reviendra alors à un ressortissant tchadien.

Eugène Blaise Nsom, le favori

Pour représenter son pays dans gouvernement de la Beac, il faut être particulièrement coté au sein de l’appareil politico administratif. Au Cameroun, le nom d’Eugène Blaise Nsom revient de plus en plus comme le successeur de Dieudonné Evou Mekou à la banque centrale. Le Directeur de la Beac nationale pour le Cameroun a récemment été au centre d’un échange épistolaire entre le gouverneur de la Beac et le ministre des finances autour de son maintien ou non au sein de la représentation nationale de l’institution bancaire. Pendant qu’Abbas Mahamat Tolli excipait de l’âge de départ à la retraite d’Eugène Blaise Nsom pour le démettre de ses fonctions, Louis Paul Motaze sollicitait son maintien une année de plus. Même si finalement, tout était rentré dans l’ordre et le 1er février 2022, Eugène Balise Nsom avait été rétabli dans ses fonctions pour « une période de six mois », il n’est pas exclu que le tout premier directeur général du Trésor et de la Coopération financière et monétaire au Minfi soit juste en transit dans ce fauteuil. L’acharnement pour le maintenir en fonction, donc au contact des institutions monétaires et financières de la sous-région, même pour une courte période, sorte de gentlemen agreement, peut cacher une volonté des autorités camerounaises de présenter, le moment venu sa candidature au poste qui sera prévu pour le Cameroun au sein du gouvernement de la Banque centrale.

Lire aussi : Présidence de la Bdeac : la bataille des favoris 

Les éloges du ministre des Finances à son endroit sont la preuve que l’homme bénéficie à n’en point douter de la confiance des autorités locales : “Les autorités camerounaises apprécient les qualités professionnelles et humaines de Monsieur Blaise Eugène Nsom. Sa collaboration et ses contributions à l’élaboration des réformes des finances publiques, notamment dans le cadre des programmes économiques et financiers menés avec le FMI sont capitales. À cet égard, il a toujours fait preuve de proactivité et de célérité dans le traitement des dossiers à lui confiés” reconnaît Louis Paul Motaze.

Eugène Blaise Nsom pourrait ainsi hériter du poste de vice-gouverneur de manière intérimaire pendant 3 mois et voire même plus, si la conférence des chefs d’Etats décide qu’il accompagnera le gouverneur jusqu’à la fin de son mandat. Il pourra par la suite demeurer au sein de l’institution à l’un des postes de Directeur Général prévu pour le Cameroun. Pour le remplacer à la direction nationale, plusieurs profils sont avancés. Mais celui qui semble être le plus probable est Ahmadou Abdoulaye, l’actuel Directeur des études et de la recherche à la Beac. D’autres noms comme Lengue Kuoh et Pierre Emmanuel Ayissi, respectivement directeurs des agences Beac de Limbé et de Douala circulent également dans les couloirs de l’institution. Ils avaient déjà été proposés pour ce poste par le gouverneur. Henri Ikori à Yombo, actuel conseiller d’Abbas Mahamat Tolli n’est pas exclu de ces mouvements. Discret, celui qui assure le suivi de la règlementation des changes à la Beac est annoncé à la tête de l’une des directions centrales de l’institut d’émission.

Lire aussi : Eugène Nsom reconduit pour 6 mois à la tête de la Beac Cameroun

Afficher plus

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page