Le club des éditorialistes de EcoMatin

Par Rawul Minlo
– CAN 2019: les couteaux sont tirés…

Après l’humiliation du Cameroun, les présumés responsables ont sorti les couteaux des fourreaux. La bagarre fait rage sous fond de remaniement ministériel très attendu. Les complices d’hier s’accusent mutuellement d’être responsables de la bérézina.Deux camps se sont formés et s’affrontent désormais.

L’un, situé au centre de Yaoundé et appuyé par la presse et les réseaux sociaux préalablement « traités »(une aubaine pour assurer l’imprimerie, les salaires et les fêtes de fin d’année) tirent au bazooka…vers les positions du deuxième camp, retranché et ‘’bunkerisé’’ au nord de la capitale. Il tente de temps en temps mollement de réagir…Il n’a pas l’habitude de s’allier cette presse corvéable à souhait. Il n’en connaît pas les ficelles. Ce camp, accusé d’être au cœur du retrait/report de la CAN 2019 au Cameroun, manœuvre en silence pour se défendre et déstabiliser ses adversaires…

>> Lire aussi – Comment on a perdu un an au stade d’Olembe, par Parfait Siki


Le camp du centre livre des documents accusateurs…qui sont publiés et se partagent pour accabler le groupe du nord…qui lui rend la politesse. Genre « j’ai pris, ok j’accepte. Toi aussi tu prends ta part non? Voici la preuve« . Ça blesse et ça saigne…ajoutant au soap opera des ingrédients du deshonneur. L’essentiel est oublié…Les camerounais priés d’aller voir ailleurs. Pas d’explications à leur donner…Qu’ils continuent de chialer. Ils n’auront pas la CAN…C’est tout. Celui qui est fâché saute et….


La Rédaction EcoMatin

Abonnez-vous à notre lettre d'information

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à notre newsletter

Afficher plus

Articles Liés

Close

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité. Merci pour votre compréhension!