Le club des éditorialistes de EcoMatin

Par Xavier Messe
-Douala et Yaoundé: le regard des autres

Nous avons rencontré récemment dans un lieu public de la capitale du Cameroun, un jeune du Congo (Brazzaville). Il a été affecté au Cameroun il y a quelques mois pour travailler dans une des structures du système des Nations unies établie à Yaoundé. Il raconte les instants qui ont précédé son départ de son pays, puis son premier contact avec le Cameroun:
« J’avais fait la fête avec mes amis à Brazzaville lorsque j’avais été notifié par ma hiérarchie que j’étais muté au Cameroun. Personnellement, je ressentais par cet acte les sensations d’un gamin à qui les parents venaient d’offrir un gros cadeau… Mes amis m’enviaient; ils me disaient que j’avais la chance d’aller au Cameroun… »
« De Brazzaville, pour nous, le Cameroun est un pays merveilleux. Il est stable et en paix. Il a de grands joueurs de football, il gagne des trophées, il va toujours à la Coupe du monde, il a une agriculture diversifiée, il a des hommes intelligents qu’on retrouve dans toutes les grandes tribunes internationales. Les Congolais qui vont à Douala, à leur retour, nous écoutons leurs récits comme s’ils venaient de visiter Paris ou New-York. Voilà le Cameroun vu de Brazzaville ».
« Je suis arrivé donc au Cameroun un mois de septembre par l’aéroport de Douala. J’avais tous mes papiers, non seulement en tant que fonctionnaire du système des Nations unies, mais également comme sujet de la Cemac avec tous les avantages de circuler que me confère ce titre en zone Cemac. L’agent de police des formalités de débarquement consacrera pourtant tout le temps qu’il avait voulu pour me poser des questions, même des plus saugrenues. J’avais le sentiment d’être un wanted capturé en terre camerounaise ! »
« l’aéroport international de Douala ne paie pas des mines: pas de bus pour transporter les passagers du tarmac à l’aérogare. C’est un couloir interminable qui vous conduit vers les contrôles de santé à la douane, en passant par la police… »
« L’accueil à Yaoundé n’est pas agressif comme celui de Douala. Mais le trajet de Nsimalen jusque dans la ville est surprenant pour la pénétrante d’une capitale de renom comme Yaoundé : tout me paraissait désordonné: la route, les constructions, le petit commerce, la conduite des chauffeurs, les clameurs de toute sorte…! »
« Après six mois de séjour au Cameroun, quelques déplacements dans certaines villes de l’intérieur, je me suis fais des relations amicales. Nous échangeons au bureau, en ville dans les loisirs, au quartier en partageant un verre. J’ai compris ceci: entre l’idée que nous nous faisons de ce grand pays et la réalité que nous vivons, il y a deux Cameroun totalement différents. Entre l’aéroport de Douala ou Yaoundé et celui de Maya-Maya à Brazzaville, entre les voies qui mènent dans les deux capitales, c’est le jour et la nuit. Ce n’est pas à Brazzaville qu’on roulerait dans des taxis brinquebalants, d’où on baisse les vitres pour jeter les déchets sur la chaussée. À Brazzaville on aime la musique, mais pas au point d’écouter le tintamarre à toute heure de la journée et dans toutes les rues… ». Je saisirais la première opportunité pour demander mon retour à Brazzaville ! »
Il serait souhaitable que chacun se fasse son opinion en réagissant au regard qu’un voisin pose à travers ce témoignage, sur les deux principales villes du Cameroun. Elles sont en quelque sorte, un échantillon du reste.

Abonnez-vous à notre lettre d'information

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à notre newsletter

Afficher plus

Articles Liés

Close

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité. Merci pour votre compréhension!