Conjoncture

Parkings payants : bras de fer entre le maire de Douala 1er et Fritz Ntone Ntone

Fritz Ntone Ntone, délégué du gouvernement auprès de la CUD, a publié un communiqué interdisant la vente des tickets de parkings payants dans la capitale économique. En réaction, Jean Jacques Lengue Malapa, maire de Douala 1er rejette cette disposition en rapportant que sa commune va continuer de percevoir selon la réglementation en vigueur les droits de parking.

Épreuve de force. Le 26 juin dernier Fritz Ntone Ntone, Délégué du gouvernement auprès de la Communauté urbaine de Douala (CUD) annonçait,  par voie de communiqué, que la vente des tickets et l’utilisation illicite des remorqueuses sont strictement interdites dans la capitale économique camerounaise, jusqu’à nouvel avis. A l’origine, disait-il, « il nous a été donné de constater la prolifération de la vente de tickets parkings payants et le remorquage illicite des véhicules sur les voies publiques par des individus non identifiés, ce qui est de nature à semer le trouble et le doute dans l’esprit des usagers de la route ».

La disposition du délégué du gouvernement auprès de la CUD n’est pas du goût de Jean Jacques Lengue Malapa. Dans une note parvenue à EcoMatin, le maire de Douala 1er a réagit avec « beaucoup de regret et de surprise » à cette décision de Fritz Ntone Ntone voulant « interdire les activités régulières et réglementaires de la Commune d’arrondissement de Douala 1er, notamment sur les parkings payants et le remorquage des véhicules en infraction sur les voies publiques par l’utilisation des moyens inappropriés ».

A toutes fins utiles, Jean Jacques Lengue Malapa rappelle aux opérateurs économique et usagers de la route de son ressort territorial que, conformément à la loi N°2004-18 du 22 juillet 2004 fixant les règles applicables aux communes, les parkings aménages et matérialisés par sa municipalité continuent d’être perçus par les agents commis à cet effet, identifiables par des ordres de service et badges de la mairie de Douala 1er. L’autorité municipale invite ces derniers à « rester sereins, de ne pas alimenter la diversion et compte comme d’habitude sur leur bonne compréhension et civisme ».

Ce rapport de force entre les deux personnalités a provoqué le 27 juin dernier une violente altercation à Bonanjo, quartier d’affaires de Douala, entre des agents de la police municipale de la communauté urbaine de la ville à ceux de la mairie de Douala 1er. Il a fallu une intervention des éléments de police pour arrêter ce conflit grâce à l’usage des tirs de gaz lacrymogènes.

La Rédaction EcoMatin

Abonnez-vous à notre lettre d'information

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à notre newsletter

Afficher plus

Articles Liés

Close

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité. Merci pour votre compréhension!