SESSION PARLEMENTAIRE DE NOVEMBRE 2022SESSIONS PARLEMENTAIRES
A la Une

Parlement : les propositions de l’UDC pour résoudre le problème de CNI au Cameroun

Koupit Adamou invite le délégué général à la sûreté nationale, Martin Mbarga Nguele à passer de « l’identité authentique » à « l’identité utile ».

La question de la Carte nationale d’identité (CNI) est un véritable serpent de mer au Cameroun. Ces dernières années, il n’est pas évident pour un citoyen d’obtenir ce document pourtant essentiel. « J’ai fait presque deux ans avec un récépissé. Il a fini par se déchirer suite à de multiple prorogations », indique un vendeur à la criée à la poste centrale.

S’il n’est pas le seul dans ce cas de figure, certains ont fini par obtenir leur ni au bout de longs mois d’attente. Malgré l’érosion du temps, les plaintes demeures. Le changement d’identité est pointé du doigt comme facteur du blocage. « J’ai attendu 1 an 6 mois avant d’obtenir ma CNI. Je n’avais pas ce problème », martèle un sauveteur à la Poste centrale. Au mois de juin, les députés de l’UDC avaient été reçus en audience par le délégué à la sûreté nationale. L’objectif des élus du peuple étaient de mieux cerner ce qui coince dans la production de cette carte. « Nous avons  appris que la double et quadruple identités bloquent la production des cartes. Il se trouve que beaucoup de camerounais ont changé leur identité en oubliant que  depuis 2004, les cartes d’identité au Cameroun sont biométriques », a expliqué l’honorable Koupit Adamou. Et de préciser : « Le délégué nous avait fait savoir que la solution vers laquelle ils allaient était l’identité authentique c’est-à-dire celle qui est sur la base de 2004 ».

L’UDC a proposé, pour sortir de cette situation : l’identité utile. « … que le chef de l’Etat donne la possibilité aux commissariats de convoquer les populations qui sont dans la situation de blocage du fait de double ou quadruple identités à l’effet de leur demander l’identité utile pour leur vie. Les citoyens vont choisir et on va écraser le reste. Ils ne pourront utiliser dorénavant que l’identité qu’ils auront choisie », a souligné le parlementaire.

L’Union démocratique du Cameroun a fait de cette question de production des CNI son cheval de bataille au cours de cette 3ème session ordinaire de l’année législative 2022.

Afficher plus

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page