Conjoncture
A la Une

Paul Atanga Nji interdit le mouvement « 10 millions de nordistes »

Selon le ministre de l’administration territoriale, le projet porté par Guibaï Gatama, le promoteur de ce mouvement, est de diviser les camerounais.

L’avenir est désormais incertain pour le « Mouvement 10 millions de Nordistes » lancé au mois de juin dernier par le Directeur de Publication du Journal L’œil du Sahel, Guibaï Gatama. Dans un communiqué de presse signé ce 18 novembre, Paul Atanga Nji, Ministre de l’Administration territoriale(Minat), appelle le promoteur de ce mouvement à mettre un terme à ses activités  qu’il juge « dangereuses ». Faute de quoi, il s’expose à la « rigueur de la loi ».

Les motifs de cette interdiction tiennent, selon le Minat de plusieurs faits. Primo, ce mouvement ne disposerait d’aucune existence légale. « Le mouvement « dix millions de nordistes » n’a fait l’objet d’aucune déclaration » relève le Minat. Secundo, ses objectifs « vont à l’encontre des idéaux de paix, d’unité et d’intégration nationales inscrits dans la constitution et si cher au président de la République, chef de l’Etat, son Excellence Paul Biya » ajoute-t-il.

Pourtant selon son promoteur, cette initiative « apolitique » a été lancée pour « promouvoir les intérêts du grand nord (Adamaoua, Nord et Extrême-Nord, ndlr) ceci dans un esprit républicain». Pour le Minat, il n’en est rien ! Et Pour preuve plusieurs ressortissants des trois régions, sus cités l’auraient déjà saisis pour dénoncer les «manœuvres obscures » auxquelles ils ne sont de près ni de loin associés.  Selon Paul Atanga Nji ce projet ne vise ni plus ni moins qu’à « diviser les camerounais, en les appelant de manière insidieuse et sournoise à se dresser les uns contre les autres ». « Les idées véhiculées par ce mouvement sont donc attentatoires à l’unité nationale et au vivre ensemble des camerounais » poursuit-il.

En scène depuis 4 mois, le Mouvement 10 millions de Nordistes a déjà à son actif plusieurs requêtes, actes de dénonciations et même des actions en justice pour protéger les intérêts des ressortissants des trois régions septentrionales à travers le triangle national. Le plus en vue est sans doute la dénonciation du « non-respect, des quotas des régions septentrionales au concours 2020 de l’ENAM ». « Seulement 75 candidats originaires des trois régions septentrionales ont été admis à ces concours sur les 417 nouvelles recrues ; soit un taux de 17,9%, très loin des 30% de places affectées à cette partie du pays par les textes en vigueur organisant les concours d’entrée à la fonction publique au Cameroun » pouvait-on lire sur le communiqué publié à cet effet. Une sortie qui avait par ailleurs appelé le ministre de la Fonction Publique à donner plus de précisions sur ce recrutement. Le mouvement porté par Guibaï Gatama se présente pour de nombreux observateurs comme un groupe de pression ; lequel selon le Minat a un caractère Belliqueux.

Abonnement sur la page Twitter

Le plus récent

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer