A la UneConjoncture

Pénétrante Ouest de Douala: des cas de détournement d’environ 350 millions FCFA

Les investigations menées par la Conac dans cet important chantier infrastructurel révèlent des cas de fraude dans l’opération d’indemnisation des riverains.

Les phares de la Commission nationale anticorruption, organisme en charge de la lutte contre la corruption au Cameroun, se sont braqués sur certains projets infrastructurels, en l’occurrence les travaux d’aménagement de la pénétrante Ouest de la ville de Douala. Selon le rapport sur l’état de la lutte contre la corruption au Cameroun en 2017 publié en décembre 2018, la mission de vérification des allégations de corruption dans les opérations d’indemnisation des victimes des travaux d’aménagement de la pénétrante Ouest de Douala a mis en évidence un certain nombre d’irrégularités : des paiements en espèces des indemnités de montants supérieurs à 500 000 FCFA aux bénéficiaires, des paiements par des personnes non habilitées, l’assignation à la commission de paiement d’un mandat non prévu par les textes réglementaires ; un paiement indu de 67,153 millions FCFA ; la non restitution d’une somme de 60,113 millions FCFA indûment collectée et le détournement de 250,374 millions FCFA pour un total de 377,640 millions.

Des irrégularités qui ont amené la mission de la Conac à imputer au préfet du Wouri à l’époque des faits, en sa qualité de président de la commission ad hoc chargée du paiement des indemnités…

Le rapport relève que le sieur « NWRC a subi des pressions de la part du préfet et de ses collaborateurs pour venir percevoir une indemnité d’un montant de 67 153 970 FCFA, à laquelle il n’avait pourtant plus droit étant donné que son immeuble était épargné par l’exécution des travaux ». S’agissant de la première irrégularité, la mission a constaté que les sommes de 77 304 308 FCFA et 42 295 000FCFA ont été payées en espèces, en violation du règlement N°02/03/Cemac/Umac/CM de la Cemac relatif aux systèmes, moyens et incidents de paiement. Des irrégularités qui ont amené la mission de la Conac à imputer au préfet du Wouri à l’époque des faits, en sa qualité de président de la commission ad hoc chargée du paiement des indemnités dues aux personnes victimes de pertes de droits fonciers et/ou de destruction des biens dans le cadre des travaux d’aménagement de la pénétrante Ouest de Douala, les incriminations d’abus de fonctions et d’usurpation de fonction et de concussion.

La Rédaction EcoMatin

Abonnez-vous à notre lettre d'information

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à notre newsletter

Mots clés
Afficher plus

Articles Liés

Close

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité. Merci pour votre compréhension!