Business

Performance : Impact négatif du contexte socio-politique sur les résultats de la SABC

L’on note une légère baisse de 1% du chiffre d’affaires de cette société en 2017, environ 335 milliards de FCFA contre 338 milliards de FCFA en 2016.

La Société Anonyme des Brasseries du Cameroun (SABC) n’est pas restée exempte du contexte socio-politique qui prévaut actuellement au Cameroun. Ce contexte marqué par les crises dans les régions de l’Extrême-Nord, du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, a vu le chiffre  d’affaires  de la SABC baissé légèrement de 1% au cours de l’année 2017. Ce chiffre  d’affaires  s’est établi au 31 décembre 2017 à 334,911 milliards de FCFA, contre 338,200 milliards de FCFA au cours de l’exercice précédent, soit une baisse de 1%. Néanmoins, la valeur ajoutée dégagée est en hausse, elle s’est établi en 2017 à 96,862 milliards de FCFA, soit 28,9% du chiffre  d’affaires, contre 83,283 milliards de FCFA (soit 24,9% du chiffre  d’affaires), l’exercice précédent. Pour ce qui est des charges d’exploitation, elles se sont élevées à 331,167 milliards de FCFA en 2017 contre 325,069 milliards de FCFA, lors de l’exercice précédent. Ce qui a donné un résultat d’exploitation s’élevant à 36,954 milliards de FCFA contre 23,662 milliards de FCFA, lors de l’exercice précédent, soit une progression de 56,2%.

Le résultat courant avant impôt quant à lui s’élève à 32,324 milliards de FCFA en 2017 contre 23,784 milliards de FCFA, lors de l’exercice précédent, soit une progression de 35,9%. Malgré la légère régression du chiffre  d’affaires  de la SABC en 2017, le résultat net de cette entreprise brassicole reste en augmentation, passant d’environ 13 milliards de FCFA en 2016 à près de 22 milliards de FCFA en 2017, soit une hausse de 65,6%, ce qui représente 6,6% du chiffre  d’affaires  en 2017 contre 3,9% pour l’exercice précédent. Selon les données de la SABC, la légère baisse de son chiffre d’affaires pourrait s’expliquer par une baisse observée de ses ventes au cours de l’exercice 2017. Ces ventes, indique-t-on, qui n’ont atteint que 84,3% des objectifs fixés  par cette société, sont en régression de 4,8% par rapport à 2016. La SABC explique cette contre-performance par la forte activité du concurrent Guinness avec ses marques Orijin qui bénéficient d’un avantage volume prix et Sminoff Ice Electric, nouvellement lancées. Mais également, la non-reconduction des opérations promotionnelles menées sur sa marque Booster, l’année dernière dans les régions du Centre et de l’Ouest, qui représentent 60% des volumes de la marque.

Quand on intègre les exportations, les ventes de bières de la SABC à fin  2017 sont en régression de 2,3% par rapport à fin  décembre 2016 et de 1,5% par rapport aux objectifs. Cela s’explique, apprend-on par une baisse de la consommation de la bière suite à la crise économique, les impacts de la crise sécuritaire dans les régions du Grand-Nord et anglophones, l’entrée frauduleuse des produits en provenance du Nigéria et de la Guinée Equatoriale ce, en partie liée à l’augmentation en 2015 du prix des bières produites localement du fait de la hausse de la fiscalité. Mais aussi, la concurrence locale très vive (jeux concours, promotions) sur un marché en régression (consommation par habitant et par an). Toutefois, précise la SABC, le lancement ciblé des promotions capsules en Castel Beer « 33 » Export et Mutzig dans les régions du Littoral, du Centre et plus modérément du Sud-Ouest, ainsi que le lancement des bières en canettes en début du mois de novembre 2017 ont permis d’atténuer cette baisse des volumes de bières.

La Rédaction EcoMatin

Articles Liés

Bouton retour en haut de la page
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité. Merci pour votre compréhension!