Le club des ChroniqueursOpinions
A la Une

Personnalité EcoMatin de l’année : la distinction et son esprit

L'éditorial d'Emile FIDIECK, Directeur de Publication de EcoMatin

Le 19 décembre 2020, EcoMatin a donc rendu public le nom de la «Personnalité EcoMatin 2019», évènement annoncé en Teasing depuis plusieurs semaines à la Une de Votre journal, et dont l’organisation, normalement prévue pour le mois de janvier 2020, a été très contrariée par la pandémie de la Convid-19. C’est, vous l’avez sans doute déjà lu sur www.ecomatin.net ou appris grâce aux médias qui ont couvert la remise dudit Prix, sur la personnalité du Gouverneur de la Banque des Etats de l’Afrique centrale, Abbas Mahamat Tolli, se s’est porté le choix du Jury de désignation de ce Prix, sur lequel un mot de présentation me paraît nécessaire.

La distinction « Personnalité EcoMatin de l’Année » a été mise en place en 2018, deux ans après la naissance du Journal en 2016. En tant que journal d’actualité Economique et d’obédience libérale, proche du marché et de ses acteurs, EcoMatin rapporte chaque jour à ses publics et notamment ses communautés de lecteurs et d’internautes, les faits économiques et financiers majeurs, qui prennent place au Cameroun, et dans notre sous-région, et aide ceux-ci, par une analyse objective et exclusivement guidée par l’intérêt général, à comprendre ces faits. C’est donc une position privilégiée, qui lui permet de suivre avec pertinence et justesse, l’action de l’ensemble des acteurs économiques qui structurent ces espaces.

Lire aussi : Abbas Mahamat Tolli, Gouverneur de la Beac sacré « personnalité EcoMatin de l’année » 2019

A coté de nos publications, nous avions cependant besoin d’une autre approche éditoriale. Un cadre de rapprochement et d’échanges avec ces acteurs, visant à les honorer, à les encourager dans leurs batailles de tous les jours, celles de la création de la richesse et de son partage, de la croissance, de la création des emplois devenait ainsi incontournable. La Distinction «Personnalité EcoMatin de l’Année» vise donc à honorer l’œuvre d’un acteur pour une année donnée.

Lire aussi : Refinancement : les banques refusent 50 milliards de la Beac

Sobriété et Prestige

Cet acteur est désigné par un Jury Ad Hoc, composé pour partie des membres du Comité éditorial du Journal EcoMatin, et pour l’autre, de Personnalités choisies en fonction de leur compétences professionnelles avérées en matière d’économie et de finances ; de leur intégrité, et de leur objectivité. Ce Jury peut être complété par d’anciens Lauréats de cette Distinction. La cérémonie de remise du Trophée au Lauréat, qui n’est lié par aucune responsabilité présente et avenir au journal, est organisée aux frais de EcoMatin, sous le double signe de la Sobriété, et du Prestige.

A la suite de la désignation le 12 octobre dernier de Abbas Mahamat Tolli au titre de Personnalité EcoMatin 2019 par notre jury Ad-Hoc, nous avons honoré et encouragé ce samedi 19 décembre son engagement résolu, en faveur de l’application de la réglementation des changes en zone CEMAC. L’équipe de Abbas Mahamat Tolli arrive à la direction de la Banque centrale en mars 2017, dans un contexte de crise, celle de la chute brutale des prix du pétrole brut entamés en 2014, et de ses conséquences sur les comptes macroéconomiques des pays de notre sous-région en général, et du Cameroun en particulier. La croissance économique s’était repliée a 1,6%, et les réserves de change avait fondu à 3000 milliards de dollars, contre 8400 milliards au début de la crise.

Lire aussi : Abbas Mahamat Tolli : l’homme des réformes

Il engage alors son Gouvernement dans un train de mesures financières courageuses qui, même si certaines continuent de susciter de vifs débats dans les milieux financiers, ont permis de redresser le cadre macroéconomique et de favoriser la restitution des réserves de change. Au cœur de cette démarche, celle qui a le plus retenu notre attention, c’est la mise en place concertée d’un dispositif rénové de règlement de change dont la nécessité, au-delà de la crise ambiante, s’imposait, au vue des mutations profondes des sphères économiques et financières mondiales et sous régionales (développement des systèmes et moyens de paiements en ligne, apparition des marchés boursiers, lutte contre le blanchiment de capitaux, et le terrorisme…).

Lire aussi : Réglementation de changes : comment les entreprises pétrolières manoeuvrent pour faire reculer la Beac

Le 21 décembre 2018, au bout d’un long processus de près de deux ans, le Comité Ministériel de l’Union Monétaire de l’Afrique Centrale, adoptait le Règlement portant réglementation des changes dans la Cemac. Sous la houlette de Abbas Mahamat Tolli, la Banque des Etats de l’Afrique Centrale, a aussitôt entrepris de mettre en œuvre le dit Règlement. Or, comme il fallait s’y attendre, de Puissantes Forces, notamment dans les Milieux Financiers et de l’exploitation des Ressources Naturelles de la Sous-région et même au-delà, ont coalisé et mobilisé d’importantes ressources pour faire échec à la mise en œuvre de cette Réforme, qui contrevient à leurs intérêts. Avec pédagogie et maitrise, Le Gouverneur a pourtant su Garder pour lui, la Confiance des plus Hautes Autorités de la sous-région, et en particulier celle des Chefs d’Etat de la Communauté, l’Engagement de ses Collaborateurs, et sa Mobilisation Personnelle, pour Conduire cette Réforme, malgré la rude adversité qui lui était, et, est ainsi opposée et imposée.

Lire aussi :  Règlementation de changes : la Beac s’attaque aux investissements directs étrangers

Responsabilité citoyenne

En termes de résultats en 2020, les rétrocessions de devises ont passé le cap de 5.000 milliards. En 2019, elles étaient de 3.481 milliards de dollars. La détermination pour le suivi des rapatriements et rétrocessions, s’est ressentie dans l’évolution des réserves de changes de la Beac, qui ont atteint 4 592 milliards de FCFA en aout dernier, faisant passer le taux de couverture extérieure de la monnaie de 57,5% en 2017, à plus de 67% en 2019, avec une projection à 70% en 2020. N’eût-été la Pandémie de la Covid-19, cette performance aurait été bien meilleure. Ce faisant, cette mobilisation a réussi à écarter le spectre d’un Ajustement Monétaire dans la Sous-région, scenario dont les conséquences économiques, politiques et sociales, auraient pu être catastrophiques, pour les pays de la Communauté. Et surtout, la Beac est parvenue à sauvegarder les capacités de paiements internationaux des agents économiques de la sous-région. C’est l’Impact Positif et Systémique, que ces résultats ont eus sur le Cadre Macroéconomique de la sous-région, Résultats obtenus dans un contexte d’âpre adversité, qui a convaincu la grande majorité des Membres du Jury Ad Hoc de désignation de la «Personnalité EcoMatin de l’année 2019», de porter leur Choix sur Abbas Mahamat Tolli, pour l’ensemble de son Action au cours de l’année 2019.

Lire aussi :  Cemac : la Beac projette une hausse des réserves de changes

Conscient que le chemin qui reste à parcourir à la Beac dans le cadre de cette réforme reste ardu et lui demandera encore plus d’efforts, mais conscient surtout des importantes retombées bénéfiques de l’application rigoureuse mais surtout raisonnée et pédagogique de cette règlementation des changes pour les Etats et les peuples de la sous-région, EcoMatin a décidé, par ce Prix, d’encourager le Gouverneur de la Beac et l’ensemble de ses équipes dédiées, à poursuivre ce combat. Cela fait partie de notre responsabilité citoyenne.

Afficher plus

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Are you sure want to unlock this post?
Unlock left : 0
Are you sure want to cancel subscription?