tractafric tractafric
SND30
A la Une

Perspectives économiques : un écart de 12 500 milliards entre la SND30 et la Vision 2035

Sur la période 2010-2019, le pays affiche une croissance moyenne de 4,5% soit un point en deçà des prévisions. Ce qui nécessite un surcroit de production si l’on veut garder le cap de l’émergence projetée en 2035.

Si l’Indonésie, la Malaisie, le Maroc et la Tunisie l’ont, alors le Cameroun peut aussi le faire. Cette conviction, repose le fait ces quatre pays ont, à un moment de leur histoire, présenté une architecture économique analogue à celle du Cameroun. Cette idée nait après l’atteinte du point d’achèvement de l’initiative Pays pauvre très endetté, en 2006 et l’annulation d’une grande partie de sa dette publique extérieure. Le pays se dote alors d’une Vision du développement à long terme. Objectif : devenir un pays émergent à l’horizon 2035 (Vision 2035).

Lire aussi : SND30 : l’Etat réservera 60% de sa commande à la production locale

Cependant, depuis le retour à la planification en 2010, la Cameroun peine à atteindre ses objectifs de croissance. En se focalisant seulement sur le taux de croissance du produit intérieur brut projeté dans le Document de stratégie pour la croissance et l’emploi (Dsce), première phase de la Vision 2035, il devrait être de 3,1% en 2010, 4,8% en 2011, 5,3% en 2012, 6,1% de 2013 à 2015 et 5,9% de 2016 à 2020. A l’arrivée en 2019, la croissance réalisée a toujours été en dessous des prévisions (3,3% en 2010, 4,1% en 2011, 4,6% en 2012, 5,6% en 2013, 5,9% en 2014, 5,8 en 2015, 4,5 en 2016, 3,5 en 2017, 4,1 en 2018 et 3,9 en 2019.

Lire aussi : Financement : une super-banque de développement en étude

Les différents gaps par rapport aux prévisions représentent déjà un déficit à rattraper de 10% de croissance sur la décennie. Soit 23,398 milliards de FCFA en 2010, 87,82 milliards en 2011, 94,6 milliards en 2012, 73,03 milliards en 2013, 31,69 milliards en 2014, 54,85 milliards en 2015, 270,83 milliards de FCFA en 2016, 487,87 milliards de FCFA en 2017, 386,87 en 2018 et 453,22 milliards en 2019. En tout, ce déficit de croissance cumulé atteint 1964,178 milliards de FCFA correspondant pratiquement à plus d’une année de perdue. Garder le cap sur l’horizon 2035 revient donc à rattraper ce retard.

Lire aussi : Grands projets : 37 500 milliards à investir au Cameroun d’ici 2030

Bien plus, sur la base des objectifs de croissance arrêtés dans la SND30, on note une ambition minimaliste puisque sur la période, les prévisions du gouvernement 3,3% à 6,4% alors que la moyenne sur le scénario de référence de la Vision 2035 est de 8,1%. L’écart annuel entre les prévisions et les objectifs se traduit par un gap de 10 541,98 milliards de FCFA de richesse à produire. Soit en tout 12 506 milliards de FCFA, en rattrapant le retard de la décennie 2010-2019.

Lire aussi : Planification : le gouvernement va eriger la SND30 en loi

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page