A la UneConjoncture

Poids économique: Littoral, Centre et Sud-ouest génèrent 11 433 milliards FCFA de chiffre d’affaires

Les trois régions se taillent 95% du chiffre d’affaires réalisé par les plus de 31 000 entreprises répertoriées au Cameroun. Les deux premières régions citées concentrent également 8 entreprises sur 10, implantées principalement dans les villes de Douala et Yaoundé.

Le Centre de formalités de création des entreprises (CFCE) répertorie 31 512 entreprises modernes dont 12 090 implantées à Douala (38,4%) et 11 771 à Yaoundé (37,4%). En clair, les régions du Littoral et du Centre, dont Douala et Yaoundé sont les métropoles, se taillent la part du lion en concentrant 8 entreprises sur 10. « Très loin derrière, suivent les régions de l’Ouest (5,9%), du Sud-ouest (4,1%) et du Nord-ouest (3,3%). Les autres régions (Adamaoua, Est, Extrême-Nord, Nord et Sud, Ndlr) concentrent chacune moins de 2,0 % d’entreprises », renseigne l’Institut national de la statistique (Ins), qui vient de publier le Répertoire et la démographie des entreprises modernes en 2017, issu du Deuxième recensement général des entreprises lancé en 2016. Dans leur totalité, ces sociétés ont généré 12 035 milliards de FCFA de chiffre d’affaires en 2017 et 360 912 emplois permanents. En fait de chiffre d’affaires, il se réalise à 95% dans les régions du Littoral (69,4%), du Centre (19,0%) et du Sud-ouest (6,5%).

En 2017, la Société nationale de raffinage (Sonara) est demeurée la première entreprise camerounaise en termes de chiffre d’affaires. L’étude de l’Ins fait apparaître que le top 15 des sociétés est dominé par le secteur tertiaire qui est représenté par neuf entreprises, soit une de moins qu’en 2016. Les géants de la distribution des produits pétroliers et des télécommunications y sont en pole position. Le secteur secondaire est représenté dans ce classement par cinq entreprises, tandis que le secteur primaire n’y compte qu’une seule, en l’occurrence la Société de développement du coton (Sodecoton). Par rapport à l’année 2016, les cinq premières entreprises ont maintenu leurs positions. Tradex et Orange Cameroun gagnent chacune une place et se retrouvent respectivement 6e et 8e. Alucam (10e) et Ola Cameroun (13e) font des bonds de trois et deux places respectivement.

Dans un jeu de chaises musicales, Addax (14e) et Camtel (15e) font leur entrée dans le classement, tandis que la Banque internationale du Cameroun pour l’épargne et le crédit (Bicec) – au centre d’un scandale de détournement de plus de 50 milliards Fcfa il y a trois ans – et Telcar Cocoa sortent du top 15. Ces 15 premières entreprises pèsent pour 28,5% du chiffre d’affaires global généré en 2017.

La même année, au cours de laquelle la crise dans le Nord-Ouest et le Sud-Ouest a dégénéré en conflit armé, la Cameroon Development Corporation (CDC) demeurait la première entreprise du Cameroun en termes d’emplois permanents. Du fait des attaques armées à répétition sur ses installations, elle devrait perdre plus de 50% de ses capacités dans les prochains classements. Elle était suivie de Plantations du Haut-Penja (Php). Les agro-industries, les entreprises de placement de personnel, les sociétés de gardiennage et certains poids lourds de la branche de l’information et des télécommunications dominent le top des fournisseurs d’emplois (19,6% de l’ensemble des emplois permanents fournis par le secteur moderne de l’économie viennent).

La Rédaction EcoMatin

Mots clés
Afficher plus

Articles Liés

Bouton retour en haut de la page
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité. Merci pour votre compréhension!