Chargement des breaking news...
Conjoncture

Pont Ebel-Abanga : le Gabon plaide auprès de la Deutsche Bank pour obtenir un financement de 74 milliards de Fcfa

Une réunion entre le ministre gabonais de l'Economie Mays Mouissi et les partenaires financiers et techniques s’est tenue le 25 mars dernier à Paris, en France.

Publiée mercredi 27 mars 2024 à 17:49:26Modifiée lundi 6 mai 2024 à 14:44:24Temps de lecture 2 minPar René Ombala

Audience entre le ministre gabonais de l’Economie et les partenaires engagés dans le projet
Audience entre le ministre gabonais de l’Economie et les partenaires engagés dans le projet

Au point mort depuis plus d’un an, le gouvernement gabonais veut relancer le projet de construction du pont Ebel-Abanga permettant de relier, non seulement Libreville à quatre provinces du Gabon (Woleu-Ntem, Ogooué-Ivindo, Haut-Ogooué et Ogooué-Lolo), mais aussi de connecter le pays à la Guinée Equatoriale et au Cameroun. Dans cette veine, le 25 mars dernier à Paris, en France, le ministre gabonais de l’Economie et des Participations Mays Mouissi, a eu une séance de travail avec 3 acteurs majeurs liés au projet de construction de cette infrastructure. Il s’agit de Vincent Gabrié, représentant de la Deutsche Bank ; Sylvain Brabant, représentant de l’entreprise française Matière et Phillipe Dessoy, Directeur général de la société belge, Besix.

« Au cours de cette réunion, les échanges ont notamment porté sur les aspects techniques, logistiques et financiers liés à la réalisation de ce projet. Monsieur le ministre a obtenu de ses interlocuteurs que les travaux démarrent dans les plus brefs délais, et ce en respectant le calendrier établi. En outre, il a expressément exigé que les infrastructures soient érigées selon les normes les plus élevées de qualité, en respectant scrupuleusement les règles de l'art », a appris EcoMatin. Sans plus de détails sur les délais exacts d’exécution dudit projet.

Lire aussi : Gabon : la Baie des Rois, un modèle de ville durable africaine ?

Au moment où le gouvernement tente de relancer ce projet d’infrastructure, le financier, Deutsche Bank et les partenaires techniques français et belge sont aux abonnés absents depuis plus d’un an. Pourtant, c’est le 28 février 2023 que l’ex-ministre en charge des Infrastructures, Toussaint Nkouma Emane, avait paraphé une convention avec la société française Matière dans l’optique de la réalisation de cet ouvrage de franchissement en 1×2 voies. L’entreprise française devait travailler en joint-venture avec la société belge Besix. Mais depuis lors, plus rien.

Pour sa part, la Deutsche Bank s’était engagée à débloquer un montant de 100 millions d’euros (près de 66 milliards de Fcfa) pour la construction dudit pont sur une durée de 3 ans. Dans le cadre du même projet, la banque allemande s’est aussi engagée à financer la réalisation de deux fly-overs et de quatre passerelles piétonnes à Libreville pour un total de 74 milliards de Fcfa. Avec la reprise des discussions avec ces partenaires, le gouvernement gabonais a bon espoir que ce projet de pont Ebel-Abanga, verra enfin le jour.

Articles similaires

Actuellement en kiosque

Les plus lus

1
2
3
4

Nos réseaux

Magazine
computer

Le meilleur de l’actualité économique africaine en un clic

Enquêtes, informations exclusives, analyses, interviews, reportages... Chaque jour, la rédaction d'EcoMatin met son expertise au service des lecteurs.

Informations fiables, newsletters exclusives : Abonnez-vous pour avoir un accès illimité à l'ensemble de notre offre éditoriale.

Abonnez-vous pour par an

Nos offres vous proposent un accès illimité à tous nos articles, y compris les contenus exclusifs et premium.

S'abonner