Business et Entreprises
A la Une

Port de Douala : la régie de dragage décroche ses premiers contrats

Créée officiellement en 2018, la filiale du port autonome de Douala affirme progressivement son expertise et son autonomisation.

D’après l’article 3 de la résolution n°0617 du conseil d’administration du Port de Douala réunit en sa 77ème session le 7 décembre 2018, la Régie déléguée du dragage du Port de Douala-Bonaberi assure pour le compte du Port autonome de Douala (PAD), l’exercice de l’activité  du dragage du chenal d’accès, des plans d’eau, des quais et des darses du Port de Douala-Bonaberi. L’une des missions de la nouvelle régie porte également sur la recherche des marchés en vue de la valorisation commerciale des équipements affectés aux travaux portuaires du dragage, de la gestion, de la formation et du recyclage du personnel technique et administratif recruté et affecté à la régie du dragage. 

Lire aussi : AfricaDev sessions : Cyrus Ngo’o met le port de Douala en vitrine

Près de deux ans après sa création officielle, et suite à l’installation le 27 août 2020 de ses Directeurs délégué et Directeur délégué adjoint, la Régie de dragage du port de Douala-Bonaberi affiche déjà quelques bons points. La jeune institution vient de signer ses deux premiers contrats de services avec une entreprise immobilière privée qui a sollicité ses équipements pour la production des remblais nécessaires à l’aménagement de leurs terrains. Contrats d’un montant cumulé d’environ 1 milliard de FCFA, indique Cyrus Ngo’o qui annonce pour les prochains jours, le versement de la somme de 228 millions de FCFA au titre d’avance de démarrage des travaux. « C’est la première fois pour le PAD d’encaisser de l’argent pour des travaux de dragage», a indiqué le Directeur général de la place portuaire. 

Lire aussi : Le Port de Douala acquiert une nouvelle drague

Le matériel de dragage du PAD lui permet désormais non seulement d’autonomiser le dragage du port de Douala, de rétablir la souveraineté du Cameroun dans ce domaine, mais aussi de renflouer les caisses. Reste désormais de relever le défi de la commercialisation de l’expertise du PAD en matière de dragage. Le «Baliseur Dika Mpondo Akwa» est équipée d’une grue marine pouvant soulever des charges allant jusqu’à plus de 10 tonnes. La «Vedette Menchum falls» d’appui au balisage sert au transport des techniciens du balisage sur le plan d’eau lors des interventions  de maintenance et de contrôle physique et fonctionnel des bouées. Le Navire faucardeur «Lake Barombi Mbô» va contribuer à la lutte contre la pollution fluviale, en droite ligne des actions entreprises par l’autorité portuaire contre toute forme de pollution. La Drague aspiratrice stationnaire Ihc Beaver «50 vigilance» est équipée d’un désagrégateur, d’une roue pour le dragage des pieds de quai, des darses et des plans d’eau. Quant à la Drague aspiratrice en marche de 3.000 M3 3000 «Mont Mandara», elle est chargée de lutter contre l’ensablement du port de Douala. Ce matériel nouvellement acquis s’ajoute à celui existant: en réparation (Baliseur Nyong, Drague Chantal Biya), en activité (Vedette hydrographie Hydro, Pilotines Gazelle et Palétuvier, grue flottante Pointe Olga), ou à sec (Pilotine Korup). 

Lire aussi : Port de Douala-Bonaberi : la France fait l’Etat des lieux de ses investissements

Abonnement sur la page Twitter

Le plus récent

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer